Pensionnat Ryuuketsu V2

Un pensionnat horrifique dans le Japon contemporain
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionGalerie

Partagez | 
 

 Chambre n°1: Sôma Himatsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sôma Himatsu
Grincheux je-m'en-foutiste à double tranchant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 01/05/2008

Fiche de perso
Classe: Glauque
PV:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Dim 11 Mai - 1:04


Mobilier semblable à la photo mais agencement et déco différente, voir description

La chambre n°1 est, comme toutes les chambres d'élèves, prévue pour deux. Elle contient donc deux lits simples dont les occupants devront choisir lequel reviendra à qui. Ils sont placés l'un à côté de l'autre et séparés d'une table de chevet surmonté d'une petite lampe émettant une lumière tamisée lorsqu'elle est allumée. Dans la pièce se trouvent aussi une armoire assez grande pour contenir les effectifs des deux pensionnaires et deux bureaux de travail destinés à desservir les études des élèves. Les lits sont situés contre le mur, tout de suite à droite après la porte, alors que l'armoire fait face au premier, et l'un des bureaux au deuxième. L'autre bureau fait l'angle. La lumière naturelle en plein jour est vive grâce à deux larges fenêtres mais peut également être quasi-totalement obstruée par de lourds rideaux de velours bordeaux. Les murs sont décorés d'une tapisserie de couleur approchante tandis que le sol est fait d'un parquet de bois foncé grinçant à souhait.

Plan de la chambre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sôma Himatsu
Grincheux je-m'en-foutiste à double tranchant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 01/05/2008

Fiche de perso
Classe: Glauque
PV:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Dim 11 Mai - 11:24

> Réfectoire - 8 Avril, 20h10

Himatsu venait de finir son repas et avait gravi les marches quatre à quatre jusqu'à sa chambre, ce qui n'était d'ailleurs pas nécessairement bon pour sa digestion. Il sortit sa clef de la petite poche où il l'avait mise pour l'insérer dans la serrure et ouvrir la pièce. Celle-ci était baignée dans la lueur pâle de la lune, sans autre éclairage. C'était pas mal comme ça, mais ce serait quand même plus pratique pour ranger avec un peu de lumière artificielle. Il chercha un interrupteur sur le côté ouvrant de la porte, et finit par en actionner un.

La chambre était plutôt jolie. Sombre avec cette tapisserie et ces rideaux rouge foncé, mais jolie. Le jeune homme en fit rapidement le tour du regard et; ne remarquant rien de particulier, il retira la clef de la porte, et la réinséra de l'autre côté, avant de refermer cette dernière, sans pour autant la verrouiller. Ses affaires étaient là, jetées à même le sol, comme il les avait laissées. Il posa un genou à terre pour ouvrir le sac contenant les katanas. Ils étaient heureusement en excellent état, pour ce qu'il pouvait en juger. Se relevant à nouveau, il jugea qu'une petite modification de l'aménagement s'imposait.

Il ôta sa veste et la jeta sur la chaise d'un des bureaux, puis se mit au travail. Il commença par débrancher la lampe de chevet et par prendre la petite table d'appoint, qu'il posa à la droite du deuxième lit. Après quoi, il poussa ce même lit contre l'autre, de sorte qu'ils forment à eux deux un seul lit double. Plus confortable. Il rapprocha les coussins et fut tenté de s'allonger un moment mais c'était pas pour ça qu'il était venu. Il prit le vieux sac de sport et entreprit de le vider de son contenu, l'entreposant dans la grand armoire. Il n'eut pas besoin d'excéder la moitié droite de l'armoire, ce qui serait d'autant plus pratique s'il s'avérait qu'il devait avoir un colocataire. Il sortit les lames de leur rangement et posa celui-ci, ainsi que son bagage principal, en haut de l'armoire.

Le lycéen prenait toujours autant de plaisir à admirer ces épées... Il les sortit l'une après l'autre de leur fourreau. Il aurait pu se contenter d'un daishō traditionnel, alliant katana et wakizashi, mais il avait préféré deux katanas. Longtemps qu'il ne s'en était pas servi... Il y avait de la place ici, pourquoi pas un petit entraînement improvisé? Hm. La porte n'était pas fermée, il préférait garder ces deux petits bijoux pour s'en servir au moment opportun. Il reglissa les lames dans leurs fourreaux et les rangea précautionneusement entre les lattes et le matelas d'un des lits.

Il alla se poster près de la fenêtre. La pluie avait repris, il n'y avait rien à voir, sinon le parc, en apparence endormi. Il tira les rideaux, assez brusquement et alla s'asseoir sur le bord du deuxième. Il regarda le sol, réfléchissant deux minutes. Il était tôt mais le manoir était calme, et il n'avait pas envie de gâcher la surprise de sa présence le lendemain. Il n'avait pas envie de trop se montrer, mais il savait très bien qu'il était incapable de rester cloîtré ici dans l'oisiveté la plus totale... Tandis qu'il réfléchissait, le jeu souple et trop bien huilé du système d'ouverture de la porte l'avait laissée s'entrouvrir sur une vingtaine de centimètres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin-Mu Ai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 156
Age : 27
Localisation : Dehors... ?
Date d'inscription : 11/05/2008

Fiche de perso
Classe: Combattante
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Mar 13 Mai - 21:19

~ Premier post ~


C’était tellement différent de la Chine ici, même les arbres, mais le pire c’était la pelouse. C’est quoi cette herbe qui pousse bien droite, bien verte, bien ordonnée comme de bons petits soldats ? Bref. Accoutumée à une nature plus sauvage et agressive, Ai était restée dehors pour découvrir la nouvelle parcelle de terrain qui constituerait son habitat. Elle s’était abritée sous un arbre lorsque l’orage menaçait même si c’était totalement pas la chose à faire. Après tout on s’en fout il fait chaud, c’est pas grave s’il fait pas beau !
Cependant la pluie commençait à battre son tempo contre la terre qui laissait mille parfums s’évaporer dans l’air humide et revigorant. Pas la peine de rester dehors si c’était pour se retrouver tremper de la tête au pied dès le premier jour, en plus les vêtements qui collent et qui font du bruit, un magnifique flouic flouic comme si on soulevait son pied qu’on avait trempé dans le marécage le plus près, c’était pas le top du top.

Poussant la porte à grand recours de force afin de rentrer avant que l’eau n’inonde ça face d’ange, Ai referma aussitôt la porte une fois son corps svelte passant entre les battants. Son gilet vert olive humide passa de ses épaules à son avant bras, le retirant avec souplesse, la dévoilant un peu davantage, mais dévoilant surtout sa longue chevelure noire aux quelques reflets argentés. Ses yeux d’amande se posèrent en haut de l’escalier, une fille à peine plus petite qu’elle était en train de vociférer, un autre garçon plus grand semblait lui donner un brin de cosette. Pas la peine de penser à leur adresser la parole, ils ne semblaient que peu disposer à ce genre de chose. Elle déboula l’escalier avec fluidité et vivacité, cette petite pluie tombée contre son visage l’avait rafraîchit et la mettait de bien bonne humeur même si le mal du pays restait présent.

Et voilà elle s’était plantée de côté à trop courir ! Elle allait rebrousser chemin lorsqu’elle vit l’une des portes s’entrouvrir, l’entendant légèrement grincer. L’appelant de son cri mécanique de fer contre der, attisant le peu de curiosité dans elle était capable, lui hurlant tout bas de s’approcher et d’espionner.
Elle contempla le bois de cette dernière, elle n’était qu’à deux pas, elle pouvait bien jeter un œil, non ? Elle répondit donc à l’appelle des gongs couinant et observa de ses prunelles noires l’intérieur de la chambre. Il ne lui semblait pas que la sienne soit comme celle-ci, mais elle n’en était pas certaine puisqu’elle n’y était restée que le temps d’y déposer ses affaires un peu plus tôt dans l’après-midi, elle avait passé le reste de son temps dehors. Elle aperçut rapidement un gars de son âge à peu près, assit sur son lit. Ses cheveux noirs retombaient sur son visage, l’empêchant de regarder à souhait la peau blanche et intrigante. Elle se pencha légèrement, le parquet cria tout aussi légèrement, elle glissa et se rattrapa sur le bout des doigts. Juste assez pour ne pas d’être étalée sur le bois, juste assez pour ne pas s’être explosé le nez dès le premier jour mais pas assez pour être discrète. La porte venait de s’ouvrir avec férocité en se rabattant avec violence contre le mur. Elle releva le bout de son petit museau en le fixant, sans mot dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sôma Himatsu
Grincheux je-m'en-foutiste à double tranchant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 01/05/2008

Fiche de perso
Classe: Glauque
PV:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Mar 13 Mai - 22:48

Himatsu se perdait à présent tout seul dans des réflexions sans queue ni tête, comme il aimait en avoir, mais en général c'était plutôt pour s'endormir. Rien ne semblait bouger mais il était habitué au silence pesant qui régnait dans le Manoir, et il savait aussi que c'était dans les moments les plus calmes que surgissaient les plus étranges surprises... Il pensait à aller faire un tour dans le manoir. Ça lui paraissait être le seul truc intéressant qui puisse lui changer les idées s'il voulait éviter de continuer à comater comme il venait de le faire pendant une dizaine de minutes. Mais il fut brusquement sorti de sa torpeur par le parquet qui se mit à grincer très légèrement. Il n'avait pas peur mais ne bougea pas, comme s'il attendait la confirmation de ce qu'il venait d'entendre... Celle-ci ne se fit pas attendre, puisque la porte claqua cette fois-ci violemment contre le mur qui lui était opposé.

Le jeune homme tourna immédiatement le visage en direction de l'encadrement de la porte. Une silhouette l'y observait. Question: sortir les katanas tout de suite ou attendre encore quelques minutes? Il décida que se transformer en monstre sanguinaire immédiatement n'était pas nécessairement la bonne solution. Il se leva lentement et marcha calmement vers l'entrée de la chambre. Alors qu'il se rapprochait, il observa mieux la fille qui se trouvait là. (Puisque, de toute évidence, c'était une fille.) Son petit visage était très fin et à peine esquissé, et ses yeux noirs semblaient le regarder avec un petit air humide, un peu comme les yeux d'une souris. Elle mesurait une bonne quinzaine de centimètres de moins que lui, et un coup de vent l'aurait fait tomber, s'il se fiait à son air fragile, mais Dieu sait qu'il ne faut pas faire confiance aux apparences... Elle avait plus les formes d'une petite fille que d'une femme, mais elle était mignonne. Un sweat vert rendu humide par la pluie avait glissé de ses épaules jusqu'à ses coudes. Elle leva son visage sur le sien et elle put croiser la froideur de son regard, tandis que lui avait de plus en plus l'impression d'avoir à faire à un espèce de petit rongeur un peu trop mignon...


"Qu'est c'que tu fais là?"

Il se demanda si on ne lui avait pas fait la mauvaise blague de lui coller une fille comme coloc'. Oh remarque.... Elle pouvait rester là une nuit si elle voulait, d'ailleurs le lit était tout prêt... Mais il faudrait qu'elle en subisse les conséquences. Et encore, une fois que ce serait fait, ça pourrait être marrant de la jeter dehors... Mais en tout cas pas cette nuit là, le gaillard n'était pas d'humeur. Et quoiqu'il en soit il n'était pas prêt à se payer une fille toute l'année, ça non. Déjà qu'une copine ça cause des dégâts mais partager sa chambre avec, l'horreur. Il voyait déjà les scènes qu'elle serait capable de faire... Il posa sa main sur la poignée de la porte, prêt à la refermer tout aussi sec. Et d'ailleurs c'est ce qu'il ferait si elle ne lui donnait pas de réponse qui en vaille la peine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin-Mu Ai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 156
Age : 27
Localisation : Dehors... ?
Date d'inscription : 11/05/2008

Fiche de perso
Classe: Combattante
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Mar 13 Mai - 23:33

Ses pupilles dévisagèrent ce regard frileux qui la regardait. Il était bien pâle ce garçon sûrement pas nourris à la côte de boeuf et patate il lui semblait. Elle se releva avec une souplesse de félin, son corps en reprenant sa position verticale semblant effectuer ces mouvements avec une fluidité sans pareille. Elle stoppa quelques instants infime son regard sur le cou de son interlocuteur qui se trouvait balafré de long en large. Cette fois-ci pas de curiosité, pas le temps car il lui adressait déjà la parole.
C'est vrai qu'est ce qu'elle foutait là en vrai? Bah elle s'était trompée de couloir et avait voulu regarder l'intérieur d'une chambre dont la porte lui intimait de fouiner. Malgré tout il lui semblait que ce n'était pas la bonne réponse à dire surtout pour ce gugus en face d'elle à l'air pas très sympathique.

Pas timide, ni inquiète pour un sous elle plongea ses yeux d'amande douce dans ceux pourpre du jeune homme. Cherchant à y desseller une réponse qui lui conviendrait. Aucune.

Son accent chinois sonna à ses lèvres, et sa mielleuse au timbre feutré enlaça les oreilles de son interlocuteur.


"A quoi sert de le savoir puisque n'importe laquelle de mes réponses ne te suffiraient pas à ce que j'en pense..." Elle laissa un silence planer, lui offrant un sourire dévoilant quelques dents blanches et bien ordonnées "On va donc dire que je me suis plantée de couloir et que j'ai glissé sur le parquet pour presque m'étaler sur ton plancher. C'est bien ça?"

Elle posa sa main sur la porte. L'empêchant pas la même occasion de lui fermer la porte au nez si ça ne lui plaisait pas. Son petit nez taquin humait l'air. Il sentait bon trouvait elle. Ai dégageait une odeur plus humide, plus fraiche et fruité. Elle attrapa ses cheveux d'une main habile et experte, les ramenant sur son buste d'une queue de cheval sans chouchou, les laissant retomber sur sa menue poitrine qui n'égalerait jamais celle de Lolo ferrari ce qui restait tout à fait normal pour une chinoise.

"Désolée de t'avoir dérangé." Sa voix aux intonations divines avec ce visage si angélique était attractif, de plus elle semblait sincère. Elle retira sa main de la porte, prête à se la voir fermer devant son nez maintenant qu'excuses étaient dites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sôma Himatsu
Grincheux je-m'en-foutiste à double tranchant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 01/05/2008

Fiche de perso
Classe: Glauque
PV:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Mer 14 Mai - 0:59

Himatsu sentit le regard de son interlocutrice le dévisager, s'arrêter quelques secondes sur la cicatrice de son cou, reprendre l'exploration malsaine. Il avait l'impression d'être passé au rayons x et avait horreur de ça... Mais c'est vrai que son apparence pouvait facilement se prêter aux interrogations les plus glauques. Son style sombre devait encore en rajouter, contrastant avec sa peau, mais il l'avait choisi et en était fier. Plus tard il serait à nouveau accoutré de l'uniforme scolaire alors il profitait tant qu'il pouvait.

La jeune fille se redressa d'avantage. Tiens-donc, la souris avait des airs de chat. Elle insista pour le regarder dans le fond des yeux. Elle ne semblait pas intimidée, mais le regard du jeune homme était très loin de lui rendre la profondeur du sien. Elle se décida à lui répondre en pesant ses mots, très soigneusement. Un peu calculatrie ou c'était lui? Enfin il était un peu comme ça lui aussi... Pour ne pas dire carrément manipulateur, mais encore fallait-il qu'il en ait l'envie, et l'envie de plaire, il s'en fichait comme de l'an mille. Qu'allait-elle donc trouver à lui sortir? Elle le déballa avec un sourire sans gêne, le genre de sourire qui vous montre deux rangées de dents impeccables, cirées au dentifrice blancheur trois fois par jour, pour ne pas citer de marque. Il nota son accent dans sa voix, sans pouvoir l'identifier avec précision. Asiatique de toute évidence. Pas Coréen ça c'était sûr... Il avait connu des coréens mais ça ressemblait pas à ça. D'où est-ce qu'elle pouvait venir celle-là encore?


"A quoi sert de le savoir puisque n'importe laquelle de mes réponses ne te suffiraient pas à ce que j'en pense... On va donc dire que je me suis plantée de couloir et que j'ai glissé sur le parquet pour presque m'étaler sur ton plancher. C'est bien ça?"

Au moins elle avait eu un début de réponse un tant soit peu lucide. Il était vrai que peu de choses en effet lui aurait convenu. Mais lui demander à lui si c'était bien ce qu'il s'était passé, là elle manquait un peu de tact sur le coup. La réponse qu'il avait failli lui donner s'évanouit dans sa gorge avant même qu'elle aie pris naissance. Enfin, au moins elle était (ou en tout cas semblait être) honnête. Le petit ange trop parfait aux longs cheveux noirs posa sa main sur la porte. Apparemment elle avait remarqué qu'il n'avait pas l'intention de la laisser le faire chier trop longtemps. Perspicace, mais elle aurait dû se douter qu'il l'enverrait promener facilement si l'envie lui en prenait.

Son petit visage d'ange semblait sourire malicieusement. Beaucoup trop gentille pour lui. Ou étaient-ce d'autres faux semblants? Elle joua avec ses cheveux. Petite touche typique de la séduction féminine. Elle voulait finir dans son lit ce soir ou bien? Il sentait que s'il s'envoyait en l'air avec ce genre de fille pour une nuit, elle le collerait toute l'année durant. Il en avait connu d'autres des fragiles, toutes trop sensibles, quand lui l'était si peu. Oui Himatsu était un macho finit. Ou alors il aimait juste les plaisirs de la chair et il en connaissait certaines que ça dérangeait pas plus que ça. En tout cas celle-ci avait l'air d'une drôle de sorcière, comme si elle tentait de l'envoûter alors que visiblement, il n'en voulait pas.


"Désolée de t'avoir dérangé."

Après ces paroles, elle retira sa main de la porte, et c'est ce bon sens qui convaincu Himatsu de répondre autre chose qu'un "Ok" et une porte fermée à la gueule. Pour autant, il ne fut pas spécialement agréable. Pas de raison de l'être et puis elle pouvait s'estimer heureuse de ces quelques mots, c'était bien plus que ce qu'elle aurait pu avoir, et même bientôt, allait-il penser quelques instants plus tard. Quelque part, il était soulagé de savoir qu'elle s'était grossièrement trompée sur la chambre dans laquelle elle avait fouiné. D'ailleurs pourquoi avoir ouvert cette porte là plutôt qu'une autre? Manque de compagnie peut-être? Il lâcha la porte et s'en éloigna, s'approchant du bureau, agissant un peu comme si elle n'était plus là. Il venait de remarquer l'objet qui y était posé, et qui semblait être un ordinateur portable. Il se pencha dessus pour ouvrir la machine. Il n'avait que très rarement eut affaire à ce genre de choses... Se redressant, il tourna vers elle tout à fait impassible pour lui lancer

"Je ressemble à ta coloc' peut-être?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin-Mu Ai

avatar

Féminin
Nombre de messages : 156
Age : 27
Localisation : Dehors... ?
Date d'inscription : 11/05/2008

Fiche de perso
Classe: Combattante
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Mer 14 Mai - 14:17

Elle le regarda s’éloigner. Merveille ! Il ne lui avait pas taper la porte contre le front ! Chose qui te toute manière ne serait pas arriver vu ses réflexes de fauve aux aguets. Il s’en allait vers son bureau et elle se prépara de la même manière à se casser, elle avait faim et c’était pas lui qui allait la nourrir c’était certain. Néanmoins il lui adressa la parole l’air neutre, même si une pointe de réprobation semblait parvenir à ses oreilles. Ses yeux sombres se posèrent sur lui, ne l’analysant pas cette fois elle fit virevoltait une nouvelle son accent entre ses dents.

"Dans ce cas elle ne serait pas très efféminé."

Elle lui fit un léger sourire obligeant pour marquer son ton d’amusement. Il n’était pas très commode comme garçon mais pas une vrai terreur cela allait sans dire. Elle scruta rapidement par la fenêtre, la lune faiblarde se dessinait. Il ne fallait pas rater ça ! D’abord elle se trouverait à manger ensuite un peu plus tard dans la nuit elle s’éclipserait dehors. Elle se sentait déjà comme séquestrée dans ce grand bâtiment au luxe occidentale. Où était les tatamis ? Les portes de papier ? Les futons ? Les objets qui étaient si célèbre dans ce pays.

Ses pieds glissèrent sans bruit contre le bois qui ne craqua pas, s’éloignant de la porte avec délicatesse. Elle avait assez traîné ici, si jamais on la croisait ici ça ne serait pas bien vu. Non ? Ses doigts fins attrapèrent la poignet de la porte pour la refermer et ses mots se glissèrent dans le fin entrebâillement avant que la porte ne se referment totalement.


"Bye bye."


C’était où déjà le réfectoire ? Ah oui plus bas. Elle était passée devant tout à l’heure, tout près de deux personnes, un géant qui plus est et une fille à peu près de sa taille. Elle s’éloigna dans le corridor, profitant de son peu de vivacité pour attacher ses cheveux dans une longue natte rapidement tressée, l’habitude cela va sans dire.


-> Le grand hall
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidarite et Migite
Petites terreurs du Manoir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 17/04/2008

Fiche de perso
Classe: Les Glauques
PV:
40/40  (40/40)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Mer 14 Mai - 15:34

[HRP : Ceci est une intervention d'un post. Il n'y aura pas de réponse d'Hidarite et Migite, prenez en compte leurs actions sans attendre de retour.]

Un silence régna à un moment dans la pièce, seulement troublé par un tintement clair, étrange. Des clochettes qui tintabulaient presque joyeusement, de manière discrète, mais audible de ceux qui se trouvaient dans la pièce... et ceux qui venaient d'en sortir. Juste le bruit de clochettes qui dansaient dans le noir.

Puis, sans crier gare, la danse des clochettes au son clair se tut, sans que l'on puisse identifier d'où venait ce bruit, donnant la désagréable impression qu'il venait de la chambre. De partout dans cette chambre, de nul par dans cette chambre. Il n'y avait rien qui pouvait le justifier.

Et sous le lit, place du croque-mitaine, des faibles rires d'enfants. Comme des murmures fugaces et joyeux.

Des rires d'enfants cachés sous le lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sôma Himatsu
Grincheux je-m'en-foutiste à double tranchant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 01/05/2008

Fiche de perso
Classe: Glauque
PV:
70/70  (70/70)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   Mar 10 Juin - 12:35

8 avril, 20h30

Himatsu était à présent occupé sur l'ordinateur qu'il découvrait. Il en avait déjà vu quelques uns, notamment lors de rares cours d'informatique durant sa scolarité, mais il n'en était pas vraiment familier pour autant. La plupart de ses "camarades" de classe se seraient bien dispensés de ces cours de découverte puisqu'ils y étaient bien assez accroché toute l'année durant mais lui y avait trouvé de l'intérêt pour le peu qu'il en avait appris. Il l'alluma. Le système d'exploitation lui lança un message de bienvenue pré-enregistré lui annonçant que cet outil lui serait indispensable pour cette année et qu'il était par ailleurs tenu de l'emmener à chaque cours. Apparemment, le manoir disposait d'un réseau à part entière sans connexion externe. Pas Internet donc... Depuis le temps que le jeune homme était ici, il lui semblait de plus en plus que tout était fait pour isoler le manoir et ses occupants du reste du monde... Cette île isolée, ce réseau fermé, les portables qui la plupart du temps ne passaient pas quand on voulait émettre un appel externe... Bref, il n'était pas seul ici pour le moment et avait d'autres chats à fouetter. Il ne se retourna pas à la phrase de la jeune fille

"Dans ce cas elle ne serait pas très efféminée."

C'était réellement ce qu'elle avait trouvé de plus intelligent à dire? Elle semblait manquer cruellement de jugeotte. On aurait donc pu la classer dans la classe archétypique de ces blondes séductrices écervelées, mis à part qu'elle n'était pas blonde. Cependant, sauf kôgals, les blondes étaient plutôt rares dans le coin. De toute façon elle ne sembla pas réellement apprécier sa compagnie non plus puisque que, ne parvenant pas à lancer un sujet de conversation qui en vaille la peine, elle préféra s'ecclipser, comme le lui indiqua le bruit de la porte se refermant doucement. Peut-être avait-elle juste du mal avec ceux qui ne partagent pas ces frivolités donc elle devait sans doute raffoler? Il se trompait certainement de beaucoup en pensant ça, mais il aimait se faire plaisir de temps à autre en laissant son esprit vagabonder de méchancetés gratuites en idées mal dégrossies alors qu'il était d'ordinaire bien plus méthodique. Il manquait certainement de créativité...

Il allait se repencher sur la machine quand soudain, la pluie sembla cesser brusquement. On "entendait" le silence. Une absence de bruit totale, un peu comme celui qu'on connaît lorsqu'on se retrouve seul en pleine montagne, ou quelques mètres sous l'eau. Sauf que là, il n'y avait pas ce bruit de fond grave... C'était le silence absolu. Himatsu avait l'impression d'être devenu sourd, il entendait seulement son coeur battre sourdement dans sa poitrine, et la respiration à peine audible de son souffle dans sa bouche entrouverte. Tout à coup, des clochettes ou des grelots, un peu lointains, mais ne pouvant définitivement pas venir d'ailleurs. Ici? Dans cette pièce? Le jeune homme ne perdait pas son sang-froid pour autant, mais il n'était pas comme dans un mauvais rêve. Il réalisait pleinement que tout ça n'était pas "normal". Elles s'arrêterent aussi subitement qu'elles étaient venues. Entre-temps, Himatsu s'était levé, tirant brusquement sa chaise. Des rires se firent entendre... De petits rires aigrelets, de ceux des enfants. Et ça venait de sous son lit. Ou plutôt de sous les lits...

Le jeune homme se rapprocha lentement des lits, son regard noir posé sur l'espace sombre entre le sol et le sommier. Il s'accroupit et jeta un oeil, toujours calmement. Il aurait pu s'appuyer sur ses mains et donner un bref coup de pied pour balayer l'endroit suspect mais ça aurait été stupide. Il n'avait rien à craindre d'enfants, et encore moins de clochettes. Il remarqua un objet par terre, mais rien d'autre. Sa main gantée de noir s'en saisit lentement et il porta l'objet maudit à hauteur de son visage. Deux petits clochettes dorées, reliées entre elle par un ruban rouge épais, en velours de bonne qualité.


*Qu'est-ce que ça fout là ça?*

Il se releva. Toujours rationnel, il n'avait pas estimé utile de poursuivre une exploration vaine sous son propre lit. Peu émotif, ce n'était pas le genre d'évènement qui l'empêcherait de dormir ce soir mais tout de même... Il glissa les clochettes dans la poche de son pantalon, qui, ce faisant, émirent à nouveau le tintement qu'il avait pu entendre un peu plus tôt. Il n'était toutefois pas tranquille. Il préféra ne pas rester ici pour le moment. Vagabonder un peu avant l'extinction des feux, histoire de se changer les idées. Il referma l'ordinateur portable, tout en jetant un regard observateur autour de lui. Il récupéra sa veste sur la chaise du bureau qu'il avait choisi et l'enfila, avant de se diriger à son tour vers la porte, qu'il referma après avoir observé à nouveau l'ensemble de la pièce suspicieusement. Quelque chose ne tournait pas rond ici...

> Bains et douches communes des garçons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre n°1: Sôma Himatsu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre n°1: Sôma Himatsu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Ryuuketsu V2 :: Manoir Ryuuketsu :: Premier étage :: Chambres lycéens-
Sauter vers: