Pensionnat Ryuuketsu V2

Un pensionnat horrifique dans le Japon contemporain
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionGalerie

Partagez | 
 

 20h20, vers la chambre 14

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kagami Makkura
Maid à greuh nénés du Manoir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 17/04/2008

Fiche de perso
Classe: La Kawaii
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: 20h20, vers la chambre 14   Dim 25 Mai - 5:07

> Venant du Grand Hall.

Makkura avait prit un chemin plus tranquille pour mener Tsumika à ses appartements sans croiser personne. La Maid avait même eut la présence d'esprit de passer par la porte arrière, donnant sur le couloir par les chambres aux numéros mes plus proches du vingt. Personne à part elle et Lunaria ne passait jamais par l'arrière à vrai dire, car la plupart des élèves avaient des numéros à un seul chiffre. Elles seraient tranquilles. Par habitude, Makkura ouvrit la porte pour laisser passer la jeune fille aux cheveux blancs en premier, baissant significativement la tête, ne croisant jamais son regard ambré.

L'allée était sombre, décorée avec sobriété, éclairée part des chandeliers électriques qui diffusaient une lumière jaunâtre et trompeuse. Les murs blancs, sans fioritures étaient seulement égayés des portes des chambres, et le sol était recouvert d'une moquette d'un rouge sombre au décor floral discret. Sur ce dernier, les Geita traditionnelles de Makkura ne faisaient aucun bruits, contrairement au marbre de l'entrée. Contrairement à Lunaria, Makkura était vêtue de la tenue traditionnelle japonaise des domestique : un très petite coiffe avec un tablier large sur les épaules, noué à un Yukata noir par un nœud Obi traditionnel. Rien de personnel ni de choquant, autrement que les manches Furisode longues de plus d'un mètre de son Yukata, signe qu'elle était célibataire.

En même temps quoi de plus normal pour une domestique d'être célibataire? Un domestique n'a pas le droit d'avoir de relation dans le cadre de son travail, et Makkura était un membre exemplaire. La seule chose d'étonnante était son port du Furisode, normalement uniquement porté pour des occasion exceptionnelles. Les coutumes de l'ile de Gisei n'étaient peut-être pas les même que celles du Japon, tout simplement.


"Votre chambre est la 14, si je ne m'abuse, Haninozuka-sama? Nous y serons bientôt."

Et comme à chaque fois qu'elle prenait la parole, Makkura gratifia Tsumika d'un charmant sourire. Elle était parfaite dans son rôle, dans aucun faux pas, peut-être même un peu trop parfaite, comme si rien ne pouvait lui échapper, comme si elle était née pour cela. Marchant à côté de Tsumika, mais sans jamais la dépasser, Makkura tourna la tête vers elle, avenante.

"Je suis Kagami Makkura, assignée aux chambres, au service et à l'accueil. N'hésitez pas si vous êtes perdue un jour, j'accourrais. Il y a des sonnettes dans vos chambres à cet effet, mais n'en abusez pas... Bien que je me doute que vous ne le ferez pas, Haninozuka-sama."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haninozuka Tsumika

avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 22/05/2008

Fiche de perso
Classe: Artiste
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Dim 25 Mai - 13:56

Tsumika marchait en compagnie de la jeune servante et utilisa les escalier en les montant d'une manière tout à fait gracieuse. La petite était habituée aux grandes demeures pouvues d'une horde d'escalier rutilents. Aussi, ce fut un véritable jeu d'enfant de monter sans glisser, même si elle avait néanmoins fait un peu attention. Un accident était si vite arrivé. La jeune virtuose arriva dans les couloirs du haut et si dit qu'il devaient être réservés au personnel puisqu'ils étaient faits dans un luxe moins ostentatoire que celui du grand hall. Ou alors la petite était simplement déçue par la décoration, elle ne savait pas vraiment mais esperait que ce fut la première impression qui soit la bonne.

Près d'elle, Makkura avançait d'une manière docile et lui cédait constament le passage. Se trouvant derrière elle par un soucis de rang social, elle guidait néanmoins la petite vers la chambre qui lui avait été attribuée. D'ailleurs, celle-ci demanda s'il s'agissait vraiment de la chambre numéro quatorze. Elle n'était pas vraiment sur, ou voulait simplement s'assurer que son hote se sente à son aise. Elle ne souhaitait pas non plus croiser son regard, restant dans son rôle de petite Maid parfaite et toujours à sa place. Tsumika lui répondit cordialement avant de se poser une question. Le directeur dormait-il à cette heure-ci ? Il avait certainement envie de rester seul, ou en compagnie de sa famille, le soir venu mais aller se présenter à lui releverait d'une édication pointilleuse. Elle irait peut être le voir un peu plus tard, mais était-ce réelement une bonne idée de venir le déranger, le soir ?

" Oui, il me semble que la chambre qui m'a été assignée est la 14. Et d'ailleurs, j'ose supposer que je puisse jouer sans crainte de déranger les autres élèves. Mais dites moi, le Directeur est-il encore levé à cette heure-ci habituelement ? Je pense qu'il serait convenable que j'aille me présenter à lui, dès se soir. Qu'en dites-vous ? "

C'était certainement une des rares fois ou Tsumika demandait son avis à une domestique. Mais cette dernière semblait en savoir beaucoup sur les lieux et il était normal de se renseigner de la meilleur manière qu'il soit. Après tout, rien n'était véritablement déplacé lorsque c'était le maître qui parlait et non l'inverse. Elle ne lui en tiendrait pas rigueur et serait sans doute contente qu'on lui pose la question. Tsumika marchait de façon régulière et merveilleuse, faisant flotter les pans de sa robe bleue foncée. A l'invers,e le vêtement de Makkura était tout autre. Les voir l'une à coté de l'autre était vraiment un cadre saisissant. La petite souriait malicieusement, enjouée par la manière dont les choses se déroulaient. C'est à dire d'une manière courtoise et gentille. Une fois qu'elle eurent fait quelques pas en plus, la jeune fille décida qu'il n'était pas obligatoire qu'elle se présente, étant donné que l'autre savait déjà tout d'elle. Alors elle commença a poser d'autres question qui la tenait également à coeur. Elle voulait savoir certaine chose et parler a la gentille Maid la détendait. C'était agréable, surement non réciproque mais agréable.

" J'aurais beaucoup aimé qu'un piano se trouve dans ma chambre, mais je conçois également qu'un établissement scolaire ne puisse répondre agréablement à cette requête. Le manoir en est-il fournit d'un ? De quelle manière se déroule l'enseignement, ici à Gisei ?

Peut être que sa petite visite firtive cez le directeur lui permettrait d'obtenir cet instrument de charme en plein milieu de sa chambre. Ainsi, elle pourrait composer et jouer seule, sans prendre la peine de devoir partager ses notes avec les autres personnes. Elle se doutait qu'un piano figurait dans cet endroit mais se doutait également de ne pas être la seule à en jouer. Et partager ce genre de chose n'était pas vraiment ce qu'elle aimait faire. Il était évident que la musique était un plaisir qu'il faut partager, mais n'étant pas en concert, elle pouvait oser garder ses talents musicaux pour elle même. Le Des Rosiers avait un son qu'il n'était pas donné à tous d'entendre, et certainement pas dans une ambiance scolaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagami Makkura
Maid à greuh nénés du Manoir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 17/04/2008

Fiche de perso
Classe: La Kawaii
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Dim 25 Mai - 18:48

" Oui, il me semble que la chambre qui m'a été assignée est la 14. Et d'ailleurs, j'ose supposer que je puisse jouer sans crainte de déranger les autres élèves. Mais dites moi, le Directeur est-il encore levé à cette heure-ci habituellement ? Je pense qu'il serait convenable que j'aille me présenter à lui, dès se soir. Qu'en dites-vous ? "

Makkura ne répondit pas tout de suite à la jeune virtuose, comme soudainement perdue dans ses pensées. Murazaki-Dono n'était pas vraiment disponible et elle le savait mieux que quiconque, ayant du passer dans sa chambre il y a peu de temps... comme chaque soir à vrai dire. La Maid sentit un picotement dans son œil droit gris et non pas bleu, celui qui avait été greffé, comme une étrange gêne mais qui eut le mérite de la ramener à la réalité. Elle tourna son regard vairon sous les lumière, d'un œil bleu et l'autre gris, voyant à la lumière jaunâtre des lampes de l'étage, et se recomposa un parfait sourire de domestique.

"Murazaki-Dono a rejoint ses appartement et m'a demandé de veiller à ce qu'il ne soit pas dérangé, veuillez m'excuser."

Le ton était poli, mais sûre. Makkura avait reçu des ordres clairs, ces mêmes ordres qu'elle respectait depuis bientôt deux ans. Depuis l'incident d'Iwakura Kogin. La jeune fille était d'une nature paisible, charmante, et beaucoup pensait son caractère peu affirmé. Mais elle était volontaire et exemplaire, faisant respecter les consigne de son maître à la lettre avec le plus grande zèle de la maisonnée. En cela, aucune autre soubrette ne l'égalait. Akio Murazaki était tout pour Makkura : un maître, un tuteur, un père... elle aurait été orpheline sans lui, et qui plus est borgne. Elle lui devait la vie, car la lame de l'étudiante avait atteint une partie de son cerveau durant l'attaque, il y a deux ans. Makkura avait frôlé la mort, à ce qu'on lui avait dit, tombée dans le coma. Akio Murazaki était un saint homme, et elle dévouait sa vie entière pour cette noble personne. Il lui avait sauvé la vie, elle la lui offrait, même si elle était née pour le servir à la base. C'était comme ça. Pas autrement.

" J'aurais beaucoup aimé qu'un piano se trouve dans ma chambre, mais je conçois également qu'un établissement scolaire ne puisse répondre agréablement à cette requête. Le manoir en est-il fournit d'un ? De quelle manière se déroule l'enseignement, ici à Gisei ?"

"Malheureusement nous ne disposont que d'un seul piano au manoir, il se trouve dans la salle de bal, pour une question d'acoustique je crois. Madame Murazaki aimait beaucoup en jouer, maintenant personne ne l'utilise mais je le maintient en état, rassurez-vous. C'est un Bösendorfer modèle 290, dit "Impérial ", si je me souviens bien il date de 1880."

Makkura n'y connaissait rien en musique, mais elle avait une mémoire affolante, et ses précisions sur l'instrument lui venaient autant de lointains souvenirs d'une enfance fuyante que de détails vus suite au nettoyage. Madame Murazaki aimait jouer de ce piano, et Makkura avait toujours aimer l'écouter, car la sonorité était puissant, et le lieu prompt à l'acoustique. Maintenant c'était Kakon, le fils du directeur et amour secret de Makkura, qui en jouait parfois. C'était beau et triste, comme lui, et elle le pensait inégalable, tout en sachant que Tsumika saurait certes mieux tirer de la beauté du piano que son jeune maître. Elle revint rapidement à la réalité, de peur de paraitre distraite, et répondit à Tsumika avec un sourire, ses joues rougissant délicieusement, lui donnant un air encore plus Kawaii, tandis que des fossettes se creusaient délicatement sur ses joues.

"Etooo... pour l'enseignement au lycée, je ne puis guère vous renseigner Haninozuka-Sama, je ne travaille qu'au manoir. Cela dit la musique est une activité obligatoire et non un club si je me souvient bien, c'est Jeremiah Steel-Senseï qui s'en occupe. je ne m'y connais pas beaucoup, mais peut-être son nom vous dit-il quelque chose."

La Maid sourit encore une fois, inclinant joliment la tête sur le côté, en fermant les yeux. Elle prit un tournant sur la gauche, débouchant sur un long couloir parfaitement identique à l'ancien. Les couloirs des dortoirs se ressemblaient tous, mais Makkura savait tous les différencier. L'habitude, surement. Ou peut-être le fait qu'elle était née en ce lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haninozuka Tsumika

avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 22/05/2008

Fiche de perso
Classe: Artiste
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Dim 25 Mai - 20:03

Tsumika fut très vite attristée par la réponse de la Maid à sa première question. Le directeur n'avait donc pas envie de la voir, c'était regretable. Non pas qu'elle avait une envie folle de lui parler, mais simplement que leur discussion en moins, il serait difficile de lui demander sa petite faveur. De plus, la jeune femme lui expliqua que la Manoir ne possédait qu'un seul piano. Un piano d'une richesse extrême qui comptait parmi les meilleurs au monde, mais un instrument dans une salle de bal, dans un endroit qui le laissait à la portée de n'importe qui. Il était hors de question qu'elle attende son tours en compagnie des autres élèves, pour pouvoir jouer ses trente minutes de piano. Un honte que de la laisser jouer dans de telles conditions. Il faudra qu'elle trouve un moyen de se procurer un piano pour son usage personnel, qu'il soit déjà au manoir ou non. Après tout, les temps modernes permettaient le transport de toutes sortes de choses et on ne lui refuserait certainement pas l'arrivée d'un piano. Etant donné qu'il s'agissait de Mademoielle Haninozuka, le directeur lui concederait certainement ce point.

" Un modèle des plus impressionnants. J'ai également la chance de posséder un Bösendorfer 290 puisqu'il est nécessaire pour pouvoir interprêter certaines de mes pièces favorites. Je me désole que celui-ci soit aussi éloigné de ma chambre. Le piano est un instrument que j'aime, viscéralement, et je trouve dommage de devoir m'en passer. "

La jeune virtuose continua de marcher en compagnie de Makkura mais était néanmoins déçue des réponses de cette dernières. Elle avait clairement indiquer que le piano figurait parmi ses instrument de prédilection, au même titre que le violoncelle par exemple. Elle devrait se passer d'en jouer pour le moment et, bien que cela soit peu probable, esperait faire exprimer de la culpabilité a son interlocutrice. Tsumika n'aimait pas que les choses lui échappent et cette fois-ci, elle n'avait pas vraiment de moyens pour faire tourner les évênements en sa faveur. La petite se consola en regardant birevement l'étui de son violon qui, dieu merci, lui pouvait être transporté et conservé précieusement a ses cotés en chaque instants. Elle ne se séparait jamais de son Des Rosiers qui représentait plus que tout pour elle. C'était le violon qu'elle avait aimé dès le premier coup d'oeil et celui qu'elle garderait pour le restant de sa vie. Quant à faire l'acquisition d'un autre Stradivarius, elle n'était pas contre pour autant. D'ailleurs, elle avait en tête de s'emparer du Servais, un violoncelle mondialement reconnu sur lequel elle avait déjà eu l'occasion de s'exercer. La petite souria intèrieurement et continua sa route. A propos de sa deuxième question, Makkura lui répondit, entre autre, que le professeur de musique du Lycée n'était autre que Jeremiah Steel. Elle s'arreta net dès qu'elle eut entendu son nom.

" Vous dites que Jeremiah Steel enseigne dans cette école ?! "

Tsumika était véritablement choquée. Comment pouvait-elle ne pas l'avoir su ?! Jeremiah Steel était un jeune prodige de la musique, tout comme elle, et avait quitté le monde de la musique depuis maintenant des années. Elle avait une collection exhaustive de tout ses disques et avait fait en sorte de copier son style pour progresser avant de choisir sa propre voie. D'ailleurs, la petite avait toujours regrettée son jeune âge, n'ayant pu assister a aucune de ses représentations avant qu'il ne quitte définitivement la scêne. Et c'était une chance inouïe que de pouvoir le rencontrer enfin. Bien que maintenant elle était elle même certainement à un niveau équivalent a celui du jeune homme qui devait avoir la quarantaine, elle désirait toujours le rencontrer. L'occasion de pouvoir jouer à ses cotés n'avaient jamais été aussi proche et la jeune fille en brûlait d'excitation ! La virtuose venait de se rendre compte qu'elle s'était arretée et que la jeune servante la regardait comme si elle venait de dire une obsenité. Reprenant ses esprit, elle reprit la marche en souriant véritablement cette fois-ci, sublimée par cette nouvelle.

" J'ai toujours été à même de considérer Mr. Steel avec un profond respect. C'est une joie immense que vous me faite connaitre en m'apprenant qu'il enseigne ici même. J'ose imaginer qu'il a ses quartiers ici, a Ryuuketsu. Il est impératif que je croise cette personne au plus vite ! "

Oubliant toute forme de respect, Tsumika était maintenant omnubilée par l'idée de se confronter au grand Jeremiah. D'ailleurs, elle ne l'appelait pas par son prénom comme bon nombre de personnes, aussi inconnues pour elle soient-elle, mais avec son nom. C'était une marque de respect qu'il ne fallait pas négliger avec la petite Haninozuka. Elle esperait de tout coeur qu'elles étaient bientôt arriver car sa main brulait d'envie de tenir son archet et de jouer un morceau au plus vite. Il fallait qu'elle joue, elle en eprouvait un désir charnel. La petite ressentit une petite palpitation jouer au tréfond de son coeur, à cause de l'escitation qu'elle venait de ressentir.

Le planning était désormait très simple pour la petite. Elle allait arriver d'une minute à l'autre dans sa chambre, Makkura allait ensuite lui apporter quelques Taiyuki préparer avec un grand respect. La virtuose aurait le temps de jouer quelques uns de ses airs favoris, et en ferait sans doute profiter la jeune femme. Celle-ci avait été très charmante avec elle, répondant presque à la perfection a toute ses attentes. Il était sans doute normal de l'inviter a l'écouter, bien qu'elle fut une domestique. Puis, une fois cet épisode passé, elle sillonerait les nombreux couloirs du Manoir en cherchant vainement le professeur de musique, Jeremiah Steel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagami Makkura
Maid à greuh nénés du Manoir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 17/04/2008

Fiche de perso
Classe: La Kawaii
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Lun 26 Mai - 14:19

" Un modèle des plus impressionnants. J'ai également la chance de posséder un Bösendorfer 290 puisqu'il est nécessaire pour pouvoir interprêter certaines de mes pièces favorites. Je me désole que celui-ci soit aussi éloigné de ma chambre. Le piano est un instrument que j'aime, viscéralement, et je trouve dommage de devoir m'en passer. "

"La maison comprend et s'en excuse. Je comprend aussi, quand on aime passionnément une chose, s'en passer fait énormément souffrir, et en l'occurrence le piano est votre passion."

*Et toutes les passions font souffrir. Autant ne pas en avoir.*
Pensa Makkura en se figurant sa propre passion, Kakon-sama, dont elle ne pouvait se passer sans souffrir.

La jeune Maid continua à marcher tranquillement en retrait avec le sourire flottant sur ses lèvres épaisses. Elle ne ressentait aucune culpabilité ni gêne, car elle transmettait uniquement les informations . En réalité Makkura était un jeune femme d'une grande neutralité très peu émotive, malgré son allure mignonne. Elle eut un sourire bienveillant et amusée, un peu comme celui d'une mère, en voyant Tsumika s'étonner avec tant de véhémence de la présence de Jeremiah Steel. C'est vrai qu'il était connu. Pour Makkura, qui n'y connaissait rien, c'était juste un aimable membre du personnel qu'elle appelait Steel-san, car il n'était pas un de ses maîtres. Elle savait qu'il était un grand virtuose, mais en même temps elle le connaissait depuis qu'elle avait dix-sept ans, et le considérait comme une personne "normale", par habitude de le côtoyer. Cela dit la jeune femme considéra qu'il devait être une genre d'idole pour Tsumika.


"J'ai toujours été à même de considérer Mr. Steel avec un profond respect. C'est une joie immense que vous me faite connaitre en m'apprenant qu'il enseigne ici même. J'ose imaginer qu'il a ses quartiers ici, à Ryuuketsu. Il est impératif que je croise cette personne au plus vite!"

"Je comprend. Steel-san devrait rentrer de son voyage en Angleterre aujourd'hui même, Haninozuka-sama. Il loge dans les quartiers des professeurs à l'étage du dessus."


Juste informatif, rien de plus, histoire d en pas rentrer dans les détails et de se retrouver perdue. Makkura continua sa route, car le plus important pour elle était de faire discrètement rentrer la virtuose dans sa chambre, et elle ne perdait pas cet objectif de vue malgré les discussions, restant professionnelle malgré sa bonhomie. Les deux jeunes demoiselles arrivèrent alors devant une chambres portant le chiffre quatorze, en écriture occidentale. Les chiffres de métal doré étaient rutilants, et Makkura se félicita intérieurement d'avoir fait le ménage cette après-midi. C'était parfait.

"Dôzo, je vous en pries, entrez." Dit la Maid en faisant une révérence.

> Chambre 14, Haninozuka Tsumika.

(HRP : Tsumika je te laisse poster en première dans ta chambre, comme tu entres la première. Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurayami Kubo

avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 20/05/2008

Fiche de perso
Classe: Le Taré
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Lun 2 Juin - 16:33

> Venant du Grand Hall.

Kubo avait rapidement monté les marches de l'imposant escalier principal du grand hall pour se retrouver dans ce corridor qu'il connaissait si bien, et qui n'était à présent plus le sien. Les murs d'un blanc certain faisaient parfois mal aux yeux en pleine après-midi, lorsque la lumière était à son comble, mais là seul une lueur falote montrait le chemin. Le transsexuel trouva cela agréable, déambulant sur la moquette rouge sang au motif de roses qui faisait peut-être un peu mauvais goût, mais tout était toujours si propre, si soigné... que ça en devenait irréel. Jamais rien ne semblait sale dans ce manoir qui semblait pourtant si ancien. C'était un peu dérangeant.

Kubo marchait, la valise à la main. Non pas qu'il ne peinait pas, mais cela allait, il pouvait la tenir à une main. Un peu plus loin, devant la porte de la chambre six, il aperçu ses deux grosses valises à roulettes. Il avait toujours eut énormément d'affaires, en plus de ses cinq instruments de musique parfois un peu encombrants, que Makkura avait déjà déplacé dans sa nouvelle chambre : la 02 du côté des garçons. Il savait qu'il allait surement avoir un colocataire, et ça ne le dérangeait pas. Mais ce garçon, l'accepterait-il? Ne se moquerait-il pas de son changement de sexe s'il était ancien, de son travestissement s'il était nouveau? Ca l'angoissait un peu, mais le musicien se consola en se disant qu'il croiserait peut-être Eishi dans les couloir. Même si ça se passait mal entre eux, il avait envie -besoin- de le voir. lui, son seul ami.


"Nous y voilà." Dis simplement Kubo en posant la valise d'Eriko devant la porte n°6, déplaçant ses propres valises.

Le jeune homme prit ensuite ses valise, se penchant avec nonchalance dessus. Il paraissait si lent, si apathique, si peu réactif. Il avait marché jusqu'à la chambre 06 avec langueur, sans se pressé malgré la présence de Meigetsu qu'il n'appréciait pas. Saisissant ses valises par les poignées téléscopiques qu'il étira, Kubo se retourna vers Mitsune et Eriko avec un sourire aimable, mais un peu contrit. Autant être honnête et leur dire la vérité. En plus elles le chercherait peut-être un jour pour de l'aide ou un renseignement, alors bon...


"Je vais y aller, si vous me cherchez pour quoi que ce soit, je suis à la chambre 02... aile des garçons."

Kubo se mordit à nouveau la lèvre inférieure, gêné. Il préférait être honnête : il vivait maintenant dans la chambre deux, et malgré ses vêtements féminins, il était à présent un homme, et il n'avait à aucun moment affirmer l'inverse, ni parler de lui au féminin. Son visage était à nouveau d'un blanc cireux, et il se douta que la Yankee allait certainement le chambrer sur le sujet. Pour autant, il ne partit pas, c'aurait été impoli de jouer au voleur. Il avait peur, si peur qu'on le juge mal, qu'on s e moque de lui, qu'on le prenne pour un déviant. Mais en même temps il ne voulait pas cacher ce qu'il était devenu. Il voulait en être fier, être bien dans sa peau. Silencieusement, il commença à faire rouler ses valise pour commencer à se déplacer, tête basse.

(HRP : On garde le même ordre que dans le Hall : Mitsune, Eriko, Migetsu et moi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïshi Otsune

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23
Age : 27
Localisation : Lààààà... mais non pas là, làààààà !
Date d'inscription : 16/05/2008

Fiche de perso
Classe: Artiste
PV:
0/0  (0/0)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Lun 9 Juin - 9:41

Bien qu'on ne l'y ait pas invitée, Otsune suivit le guide dans le corridor, ne voulant pas se trouver perdue. Mais, avec ses deux instruments et sa valise, elle n'avançait pas bien vite, elle s'attendait à tout moment à être larguée. Sans manifester le moindre signe de difficulté - Otsune ne manifestait de toute façon jamais rien - elle gravit courageusement les marches et se retrouva en haut.

Les couloirs n'étaient pas exceptionnels, mais ils restaient dans le ton du Grand Hall, en moindre mesure. Les murs étaient couverts de tableaux, les portes portaient leurs numéros sous formes de plaques dorées rutilantes. La jeune musicienne se permit un haussement de sourcil. Au moins, ici, elle ne serait pas dépaysée, toute était à l'ambiance bourgeoise. Elle se demanda à quoi ressemblaient les autres élèves. La jeune fille à la chevelure bordeaux semblait elle aussi venir d'un milieu aisé, et la jeune fille qui leur indiquait la voie également. Mais la jolie blonde, a contrario, était à l'évidence issue d'un milieu plus modeste.

La chambre 5 avait été attribuée à Otsune. Elle la chercha du regard, et l'aperçut. Elle était juste à côté de la chambre devant laquelle leur guide avait posé des valises.

"Nous y voilà."

Otsune posa sur elle son regard indéfinissable, un peu intriguée par sa force contrastant avec son physique.

"Je vais y aller, si vous me cherchez pour quoi que ce soit, je suis à la chambre 02... aile des garçons."

La petite anglaise n'eut aucune réaction, ni intérieure ni extérieure. Elle se contenta de lui sourire aimablement. Le jeune homme était gêné à l'évidence, voire même très mal dans sa peau à la suite de cet aveu. Elle jugea que c'était autant à cause de la réaction prochaine de la russe que de celle des autres.

Elle n'en avait cure. Elle se contenta de saluer silencieusement le garçon et Mitsune, avant de se diriger vers la chambre 5. Personne d'autre n'ayant fait cas de sa présence, elle ne se sentait pas obligée de rester faire des politesses. Elle posa ses baggages devant sa porte, et chercha sa clé.


Dernière édition par Kaïshi Otsune le Lun 9 Juin - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okamoto Mitsune

avatar

Féminin
Nombre de messages : 38
Age : 26
Date d'inscription : 19/05/2008

Fiche de perso
Classe: Tombeuse
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Lun 9 Juin - 9:49

Mitsune parvint enfin en haut des escaliers, et ce faisant, elle répondit à Otsune.

"Hi, thanks. Indeed, you're right, I'm new here. My name's Otsune, what's yours?
- I'm Mitsune, and delighted to meet you."

Okay, là ça faisait vraiment lèche-botte, d'autant qu'elle n'était pas spécialement ravie étant donné qu'Otsune la faisait frissonner. Elle semblait vraiment étrange cette fille. La Russe aussi lui flanquait les miquettes, mais elle la mettant aussi très en colère. Elle espéra ne pas se trouver trop souvent confrontée à elle dans l'avenir.

Kubo avait déjà parcourut la distance la séparant de la chambre d'Eriko, la 6, et posé ses valises juste devant.Elle chercha sa propre chambre des yeux, la numéro 2, et elle entendit Kubo signaler qu'il s'agissait également de sa chambre... Côté garçon.

Côté garçon ? Sérieux ?

Mitsune dut faire un gros effort pour ne pas hurler de surprise. L'esprit calculateur envisageait déjà ce qu'elle pouvait faire de cette information. Plongée dans ses pensées, elle en oublia Eriko, et se dirigea d'un pas de robot vers la chambre 2, posa sa valise devant la porte, et commença, à l'exemple d'Otsune, à chercher sa clé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sumeragi Ryogi
Alias la fiançée de Frankenstein
avatar

Féminin
Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 23/04/2008

Fiche de perso
Classe: La Fouille-Merde
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Mar 10 Juin - 3:11

>Grand Salon.

"Poussez-vous, tas de boudins!" Dit une voix étrange.

Une voix forte et grave, au timbre monocorde, et extrêmement agressif. Ryogi voulait passer, arrivant dans les escaliers en courant comme une dératée, poussant toutes les filles qui lui barraient le passage, en l'occurrence Otsune, Eriko et Mitsune, qu'elle manqua de percuter. Cependant la furie brune était dans un tel état de nerfs qu'elle ne chercha même pas à engueuler la rousse qui faisait écran avec sa silhouette de mannequin à gerber tant elle était bien faite. Ryogi les dépassa comme une enragée, pour filer au bout du couloir, courant pied nue, ayant tellement serrer les dents qu'elle en avait les gencives qui saignaient.

La rédactrice du journal du lycée trouva vite ses clefs et manqua d'emboutir sa propre porte pour entrer dans sa chambre, la numéro 00. Ryômen le pouilleux et Esteban la gueuse n'avaient qu'a se reproduire sur le tapis du salon comme les deux grands singes qu'ils étaient, et laisser leur empreinte génétique pourri à cette Terre de merde, elle n'en avait rien à faire! C'était juste deux boulets, et en entrant dans cette pièce, elle allait bientôt tout oublier.


> Chambre 00.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuujiru Esteban
Hackeuse sans scrupules
avatar

Féminin
Nombre de messages : 89
Age : 27
Date d'inscription : 22/04/2008

Fiche de perso
Classe: La Battante
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Jeu 12 Juin - 0:00

[HRP] Esteban et Ryômen ne font que passer dans le couloir, à la poursuite de Ryogi je ne poste donc pas une large description des événements ici, mais vis à vis du relationnel, pour vous ressituer si vous voulez, Esteban est très pressée mais elel prend le temps de saluer à la hâte Kubo avec un sourire complice et sérieux, lance un sourire amical à Ostune et jette ignore Mitsune, partageant tout de même un rictus de mépris avec Kubo [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nishibi Meigetsu

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 03/05/2008

Fiche de perso
Classe:
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Dim 15 Juin - 15:43

Quel petit jeu passablement drôle. Mais quel dommage qu'il y ait autant de monde. C'est que cette courge obsédée de Meig se la serait bien fit la demoiselle. Avec ou sans son consentement. La notion de viol? Elle connaissait pas. D'après elle on ne pouvait que prendre son pied dans les affaires purement sexuelles. Et pis c'est qu'elle avait de belle jambes la miss, et elle s'amusait beaucoup de ses réactions. Vraiment. Pourtant à sa remarque quand à sa frigidité, purement fictive et simplement pour déconner, Kubo répondit en russe. Une japonaise qui parlait russe, c'était pas très courant. Et Meigetsu dû d'abord laisser passer le temps de la surprise. Elle la regarda avec des yeux légèrement rond, et écouta sans comprendre ce qu'elle disait. Il li fallut un certain temps pour que les mots à la sonorité gutturale prennent un sens dans son esprit. Impuissant... Homme. Euh... Etait-elle en train de lui dire qu'elle était un homme? Un homme avec d'aussi belles jambes? Euh... Quoi que c'était parfaitement probable, mais alors c'était un transsexuel. Le choc passé elle resta silencieuse à ruminer de cette nouvelle. Elle était une fille très ouvert depuis sa plus tendre enfance. En même temps quand on est élevé par deux hommes et qu'on les surprends de nombreuses fois en train de s'astiquer le... Mais là n'est pas la question... Elle venait de tripoté un homme. Mais d'un autre côté ce fait était assez amusant.

La troupe se mit en marche et tout en pensant... Ouais, elle peut le faire, elle gravit les marches à leur suite. C'était un homme, ce qui voulait dire qu'elle avait subit une opération pour l'être, car si ses souvenirs ne lui jouaient pas des tours Kurayami avait toujours été une fille. Qui plus est, une fille adorée et martyrisée par le journal du manoir. Alors la russe pouvait bien vendre ce scandale à la feuille de choux de Ryuu pour un bon prix. Maintenant il fallait qu'elle trouve l'handicapée complètement chtarbe qui en était la rédactrice en chef. Et puis... Homme ou pas, Meig aimait toujours s'amusait. Et elle pouvait très bien s'occuper de son postérieur à lui, sans qu'il ne s'occupe du sien en retour. Assez promettant comme vision. Dommage qu'elle n'est pas sous la main un de ses nombreux gadjets planqués gentiment sous son lit. Ils arrivèrent enfin dans le corridor et la slave bailla longuement, croisant ses bras derrière la tête. Quand le trans posa les valises et récupéra les siennes elle s'approcha de lui pour lui chuchoter.


"Дом и то и другое? Отметила, моя прекрасная. Подождать до получения европейская компания с некоторых игрушек, которые несет ремень ..."


Elle parlait sans accent cette fois. D'une manière parfaite et tout à fait compréhensible pour le japonais. Littéralement transcrit ce qu'elle venait de dire donnait cela: Chambre deux? C'est noté mon beau. Attends toi à recevoir une compagnie européenne munie d'un certain jouet qui se porte en ceinture... Obsédée comme toujours. Les insinuations qu'elle venait de faire étaient parfaitement compréhensibles par Kubo. Il était intelligent, mais même sa bonne éducation ne devait pas l'empêcher d'avoir deviné de quel jouet elle parlait. Après avoir lâché ces paroles elle s'écarta un peu de lui avec un sourire. C'est à ce moment que débarqua la rédactrice du journal. Si elle n'avait pas semblait être aussi pressée et énervée elle l'aurait bien accosté pour causer de son scoop. mais là elle se rua dans sa chambre, très vite suivit de deux autres personnes. Regardant sa montre, la slave se dit qu'il était temps d'aller boire son apéro. Ou alors choisirait-elle de suivre le pauvre Kubo histoire de l'emmerder encore, ou simplement de l'aguicher. Il était mignon, et ses cris de pucelles des plus amusant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kusanagi Geese
Pépé du chat !
avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 24/04/2008

Fiche de perso
Classe: combattant
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Lun 16 Juin - 17:30

HRP : Je m'installe dans le topic avec Chouji pour pas créer un nouveau sujet libre à vous de nous ignorer ou non. Chouji désoler pour l'attente mais la c'est la guerre dans ma vie et surtout au taff xd. Fin HRP.

<<< Le grand Hall

Geese montait tranquillement les marches calant son propre rythme sur celui de son guide, qui était quelque marche au dessus de lui et contrairement à ce qu'on aurait put croire cette simple action n'était pas des plus facile pour Geese, fonceur dans l'âme il avait le plus grand mal à avancer lentement et encore plus à faire des fouler minuscule pour ne pas enjamber trois marche d'un coup. Geese fessait cependant contre mauvaise fortune bon coeur et s'adaptait en conséquence s'arrêtant par moment pour ne pas la dépasser et surtout écoutant à moitié ce que lui disait Chouji, d'une seule oreille quoi surtout que Chouji avait vraiment l'air de tenir au faites que son prénom soit suivit du préfixe chan. La jeune femme alla même jusqu'à lui demander si il savait ce que cela voulait signifier un prénom qui n'était pas suivit d'un suffixe. Geese ne c'était jamais vraiment poser la question et c'était surement le cadet de ses soucies, le genre de chose qui ne changerai pas sa vie, le motard eut beau chercher il ne voyait pas ce que cela pourrait bien signifier, mais la simple absence de ce mot semblait mettre mal alaise Chouji. Geese bien que ce foutant royalement de la signification de cette "absence" ce décida tout de même à prendre la parole pour dire ce qu'il en savait :

" Franchement je n'en est aucune idées, pour moi la présence de l'un de ses suffixes signifie juste une marque de respect et m'encombrer de ce genre de chose n'est pas dans mes habitudes. "

Geese s'exprimait d'un ton calme et monocorde, presque éteint car ce n'était pas un sujet qui le passionnait particulièrement, le motard n'était pas le genre d'homme à montrer un grand intéret pour ce genre de chose et encore moins à le cacher, les notions de politesse et respect était un concept qu'il utilisai quand sa lui chantait et surtout comme il le voulait. Geese par exemple en ce moment était à son avis le plus respectueux et polit possible, ce qui ne devait pas être l'avis de son interlocutrice d'ailleurs. Chouji venait une nouvelle fois de s'excuser de toujours s'excuser, voila encore une bataille qu'il n'arriverait pas à gagner, en même temps il n'y mettait pas tout son coeur, son âme et sa hargne pour la gagner. Geese ce contentait de dispenser quelque conseils après il ne connaissait pas plus que sa la jeune femme et si elle ce fessait pigeonner par le premier venu ce serait son problème et plus le sien, sauf si bien leur relation passait à l'amical et la il dissuaderai tous ses vautours d'abuser de la gentillesse ainsi que de la naïveté de la jeune femme, mais ceci était une théorie peut probable il était bien trop différent pour qu'une relation amical naisse entre leurs deux personne car pour le moment elle ne le connaissait guère, lorsque Chouji le verrait ce relever les poings en sang sur un corps en piteuse état elle le trouverait surement moins gentil que maintenant, cette simple scène à imaginer une fille comme Chouji assistant à l'une de ses bastons était caucasse, sa place était dans un salon à boire une tasse de thé et non pas dans une ruelle sombre à regarder un combat sanglant.

Geese finit de monter les marches de l'escalier tout en écoutant tranquillement les paroles de Chouji, elle conversait sur ses origines, comme quoi elle n'était nullement une aristocrate, ni même une personne d'ascendance riche, sa famille possédait un grand domaine sur lequel il vivait tous, mais apparament c'était tout ce qu'elle pouvait avoir qui s'apparente au noble de ce monde, elle alla même jusqu'à lui demander si il la trouver extraordinaire. Geese n'aurait pas choisit cette adjectif mais plutot bizarre par rapport à lui, si il l'avait rencontrer sur son ile natal il l'aurait qualifier de déplacer, sortit de son contexte mais ici au milieu de cet overdose de luxe Chouji ce fondait parfaitement dans le paysage donc il ce contenterai de dire qu'elle bien loin de son caractère. Geese n'eut pas le temps de parler que ce petit bout de femme avait déjà repris la parole, Chouji lui demandait maintenant si il allait s'inscrire dans un club de sport du lycée et surtout si elle pourrait venir l'encourager. Chouji continua en énonçant la raison de sa présence en ces lieux, elle était la pour apprendre à devenir une bonne épouse et cette simple phrase arracha des gros yeux à Geese qui ce demanda ce que c'était cette raison, depuis quand il fallait des cours pour être une bonne épouse ? Fort heureusement Chouji lui tournait le dos et ne vit pas son air interloquer mais Geese finit de monter les marches avant de prendre la parole, rétablissant par la même occasion la différence flagrante de taille entre eux.

" Moi je ne compte surtout pas m'inscrire dans l'un de ses clubs de sport à l'esprit étriquer et emprisonner dans leur nombreuse règles, je ne ferrai jamais une chose de ce genre, je préfère m'améliorer seule, après si tu veut venir m'encourager libre à toi, tu fais ce que tu veut de ton temps libre et je n'ai pas mon mot à dire la dessus. Sinon je ne trouve pas extraordinaire juste à l'opposer total de moi et c'est une chose que j'avais pas encore vu. Tu es dans qu'elle chambre ?"

Geese avait parler le plus normalement du monde son accent russe apparaissant parfois plus nettement, le motard avait préférer passer sous silence ses pensée sur la raison de sa présence et avait continuer à marcher tranquillement dans le large couloir, ses rangers battant le rythme sur le sol du corridor croisant un groupe d'élève qu'il ignora royalement. Geese cependant ne tarda pas à être interpeller l'une des filles venait de s'exprimer en russe et sa tète ce tourna en direction de la voie à la vitesse d'une balle de fusils et Geese fixa la fille qui sortait tant d'insanité à son homologue en russe tout en fessant rouler sa clope entre ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurayami Kubo

avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 20/05/2008

Fiche de perso
Classe: Le Taré
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Mer 18 Juin - 2:53

Kubo ne fit pas trop attention à ce qui se passait autour de lui, bien trop pressé de quitter l'enfer lubrique du couloir dominé par la reine des Enfers à l'haleine de Vodka. Il avait l'impression qu'à tout instant cette succube à forte pulmonarité et mauvais genre allait se ruer sur lui pour disposer de lui comme une poupée cassée. Cette idée fit bruyamment déglutir le transsexuel, qui s'était penché sur ses valises pour les saisir, alors que Meigetsu lui expliqua sa manière d'être polie à l'oreille. Il en rougit naturellement, peu habitué à une telle vulgarité, mais aussi étonné qu'une personne puisse avoir envie d'avoir des attouchements en sa compagnie, voir carrément des relation sexuelles. Sur le moment, le jeune homme resta sur place, sans rien dire, faisant un peu statue.

Il était dans cet état lorsque Ryogi, la furie brune mal peigné de Ryuuketsu et son pire cauchemars, déboula dans le couloir comme autant d'Hippolyte en chasse d'Heraklès. Alors qu'il retrouvait ses esprits grâce au cri de la petite furie, Kubo vit Esteban suivre cette dernière en courant, en le saluant au passage. Tsuujiru-san qui court après Sumeragi-san, il y avait quelque chose de pas normal, comme pas naturel. mais ce n'était pas son affaire pour le moment. Il la salua brièvement et poliment, car il aimait beaucoup la jeune surdouée, avant que son regard azuré n'accroche celui d'un très beau jeune homme à la chevelure opaline, dont la beauté le troubla un instant. Cela dit Kubo retrouva bien vite ses esprits : il fallait déguerpir, car l'autre folle allait le violer sur place s'il ne partait pas. Kubo prit ses valises et s'éloigna de toutes grandes enjambées que lui permettait sa paire de jambes interminables, se tournant vers Meigetsu. Cette fois-ci, il était énervé. Pourquoi était-il systématiquement la victime de tout le monde? Il était fatigué, vraiment. Le jeune homme aux bas rayés répondit à la russe d'un air las, plissant les yeux comme s'il était gêné de dire cela. Pourtant il ne l'était pas, mais se donnait uniquement le rôle de la biche blessée. Cela dit, après tout, n'était-ce pas lui la pauvre victime, la biche prise en chasse?


"Держите ваши расстройства для вас, есть только истинные члены, которые интересуют меня."


"Gardez vos frustrations pour vous. Il n'y a que les vrais pénis qui m'intéressent." Voilà ce qu'il dit à Meigetsu, en prenant un air traqué, apeuré, regardant le géant qui venait de rejoindre le couloir pour dévisager violemment la Yankee comme s'il comprenait le russe. C'était une hypothèse. Il était aussi grand que sa compagne était petite, et aussi solide qu'elle semblait frêle et éthérée. La terre puissant et le ciel aérien. Drôle de couple, un peu mal assorti. Cela dit Kubo quitta le couloir en les saluant gentiment, même si à son allure on voyait clairement qu'il fuyait. Il était aux bords de la crise de larmes et c'était parfaitement visible de tout le monde, car arrivant au fond du couloir, il lâcha quelques nerveux et bruyants sanglots.

> Dortoir des garçons, chambre 02.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagami Makkura
Maid à greuh nénés du Manoir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 17/04/2008

Fiche de perso
Classe: La Kawaii
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Dim 22 Juin - 19:59

Makkura escorterait la jeune Haninozuka au travers de ces couloirs qui se ressemblaient tous, mais qu'elle reconnaissait facilement, elle qui avait toujorus habité ici, depuis le jour de sa naissance. Aux dires de Tsumika sur ses loisirs, Makkura avait juste baissé la tête en geste de soumission et d'excuse, elle avait surement parlé trop vite, essayant anticiper les pensées de la jeune fille. Elle le faisait parfois, et son empathie particulière lui permettait de rarement se tromper. Mais cela n'était pas bien grave compte tenu la suite de l'attitude de Tsumika, qui ne semblait pas trop lui n tenir rigueur.

Les deux jeunes personnes traversèrent le couloirs des chambres de l'aile des filles pour se retrouver en présence de quelques personnes, que Makkura salua en s'inclinant traditionnellement, les mains sur son Yukata sombre. Elle remarqua un géant, et puisqu'elle connaissait de mémoire le nom d'absolument tout les pensionnaires, Kusanagi Geese lui vont vite en tête. Ce qui la chagrinait était une présence masculine dans l'aile des filles, aussi demanda-telle poliment une explication.


"Kusanagi-san, il n'est pas très bon qu'un homme se trouve ici vous savez. Je suppose que vous avez une bonne excuse. Je suis Kagami Makkura, une Maid du manoir. Je n'ai plus ma tenue car je ne suis plus en service."

Makkura salua Meigetsu qui était une ancienne, puis très dignement Chouji, en s'inclinant profondément. Ainsi c'était elle, Hyouri Chouji... Makkura grava dans ses yeux héterochromes le moindres des détails de la jeune filles, avant de sourire poliment à l'assistance. Elle était gentille et craquante, même si elle ne portait plus son uniforme de Maid. On sentait dans tout ses dires et attitudes qu'elle était une domestique particulièrement consciencieuse et profondément aimable, toujours là pour conseiller les élèves, les mettre gentiment en garde, comme elle le faisait avec Geese. Cela dit elle n'avait pas trop de temps.

"Excusez-moi je n'ai guère de temps, je dois escorter cette jeune demoiselle. Passez un agréable séjour."

Makkura désigna poliment la jeune fille aux cheveux blancs à ses côtés, juste assez pour être polie, mais pas suffisamment pour qu'on leur pose trop de question. Du moins l'espéra t-elle en regardant Tsumika, attendant de voir ce que voulait faire la jeune prodige. Filer, ou discuter un peu? La décision lui appartenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Chouji

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 02/06/2008

Fiche de perso
Classe: Mahou
PV:
40/40  (40/40)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Lun 23 Juin - 10:36

" Franchement je n'en est aucune idées, pour moi la présence de l'un de ses suffixes signifie juste une marque de respect et m'encombrer de ce genre de chose n'est pas dans mes habitudes. "

L'accent était flagrant mais Chouji n'arrivait pas à savoir d'où il pouvait venir. Elle n'était jamais sortit du domaine familiale ou très peu et souvent sous bonne escorte, elle ne connaissait pas les différents accent du japon et encore moins des autres pays. On la faisait beaucoup lire, écrire, apprendre mais la télévision lui était proscris, cela embrumait l'esprit. C'était une vie archaïque dans laquelle elle avait grandit mais sans ses traditions, sa famille perdrait ses repaires et donc Aizou prendrait le contrôle assurément. Chouji savait que quand sa propre fille naîtrait, elle l'élèverait de la même manière, avec les mêmes contraintes. La famille Hyouri avait toujours des filles ... Aizou se chargeait bien de cela.

Elle écouta donc les paroles étonnantes de ce garçon et elle inclina la tête en continuant de monter les marches.

"Je comprends Sempai."

C'était tout ce qu'elle pouvait dire. Elle n'avait pas de jugement à porter, ni d'objection à donner, elle s'en était déjà trop permise. Mais c'était faux, elle ne comprenait pas pourquoi avoir du respect pour une personne était mal. Elle n'en dirait donc pas plus sur le sujet et elle ne lui expliquerait pas ce que le manque de suffixe signifiait, sauf si il lui demandait. Ce qui n'était pas le cas actuellement.

Quand Chouji arriva en haut des marches, elle remarqua de suite quatre jeunes filles. Ses yeux s'arrêtèrent un instant sur la personne aux cheveux bleus, sûrement à cause de sa taille, et aussi sur une autre jeune fille avec un style bien particulier. Chouji inclina la tête dans leur direction en leur faisant un sourire polie et elle se retourna vers Geese, le regardant en levant la tête haute.

" Moi je ne compte surtout pas m'inscrire dans l'un de ses clubs de sport à l'esprit étriquer et emprisonner dans leur nombreuse règles, je ne ferrai jamais une chose de ce genre, je préfère m'améliorer seule, après si tu veut venir m'encourager libre à toi, tu fais ce que tu veut de ton temps libre et je n'ai pas mon mot à dire la dessus. Sinon je ne trouve pas extraordinaire juste à l'opposer total de moi et c'est une chose que j'avais pas encore vu. Tu es dans qu'elle chambre ?"

Chouji continua d'écouter son aîné, il était décidément étrange, surtout dans sa manière de penser qui n'était absolument pas japonaise. C'était un honneur de faire partie d'un club de sport, des réunions d'élèves, de la vie du lycée et de tout ce qui pouvait s'y passer. Tout comme c'était normal d'avoir un bentô et de faire les tâches ménagères à la maison. Chouji n'aurait jamais de bentô, mais elle pourrait s'investir dans le reste. Elle inclina la tête face au garçon, elle ne savait pas quoi lui dire, il semblait en colère, mais contre quoi ou qui, elle ne savait pas. Peut être contre toutes ses règles peut être. Elle montra de la main la partie de l'aile féminine et elle indiqua le numéro de sa chambre. (Désolé je ne me souviens plus du numéro et j'ai pas reçu le mail ^^).

"Je vous remercie Sempai de m'avoir accompagné jusqu'ici. Je vais terminer le chemin seule si vous le permettez."

Mais à peine eut t'elle le temps de dire sa phrase, qu'elle vit la personne aux cheveux bleus partir avec une émotion forte, une émotion de tristesse et de larme ? Elle entendit les sanglots et son coeur se serra. Elle n'aimait pas les larmes, elle n'aimait pas les gens tristes et elle était le genre de personne à suivre pour réconforter. Mais elle ne pouvait le faire pour le moment. Peut être aurait elle l'occasion de discuter avec cette personne un autre jour, qui sait. Mais bien vite une jeune femme fort craquante arriva et elle parla à Geese. Chouji rougit, et elle rendit le salut fort poli de la maid, de la même manière.

"Pardonnez moi Kagami-San, tous ceci est de ma faute. Sempai m'a vu porter mes valises seules et il est venu m'aider pour que cela me soit plus facile. Je vous en prie ne le disputez pas, tous ceci est de ma faute. Si vous devez faire un rapport, notifiez bien mon nom, je ne veux pas qu'il soit responsable de mes erreurs."

Elle s'inclina de nouveau, vraiment embarrassé de causer des soucis à Geese. Elle se tourna un instant vers la jeune fille aux cheveux blancs pour incliner légèrement la tête vers elle, en signe de salut et elle finit par se tourner vers Geese.

"Pardonnez moi Sempai."

Oui encore des excuses, mais elle était ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haninozuka Tsumika

avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 22/05/2008

Fiche de perso
Classe: Artiste
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Mar 24 Juin - 13:49

Une fois la chambre de Tsumika quittée, les deux jeunes femmes priren l directon et se irigèrent tout bonnement vers les corridors du manoir. Elles souhaiteint redéscendre afin de trouver la sortie qui les enmèneraient vers le pavillon ou Makkura faisait sa séance de sport quotidienne. La virtuose venait de faire rmarquer d'une manière plutôt douce et subtile, encore plus lorqu'on sait se qu'elle est capable de faire de manière générale, et la servante avait baissé le regard dans un profond respect. Mais la suite n'avait pas jeté un froid car la jeune Haninozuka avait l'art de savoir changer d'humeur de manière flagrante. Ainsi elleavançaient toutes deux a allure soutenue mais sans paraître préssée a travers les différent couloirs séparant la chambre de la petite du grand hall d'entrée. Makkura ne portait plus son vêtement de travail et ainsi montrait bien à tous qu'elle n'était plus en service. Tsumika se fichait de se que pouvait penser les autres. Elle voyait déjà leur petites têtes inignées qui se demanderaient pourqui une telle figure marchait aux côtés d'une simple Maid, pour aller découvrir son activité de surcroit. La violoniste exprimait son apparence habituelle, hautaine et malicieuse sans pour autant praître prétentieuse ou arrogante. Elle se distinguait simplement de par son rang et ceux qui connaissait son nom de famille trouvaient evidemment normal qu'elle agisse de la sorte.

Après quelques mètres, les deux jeunes femmes tombèrent sur un petit groupe d'élève. Sans changer d'allure elles s'aretèrent devant eux et Makkura, bien qu'elle ne soit plus en service, fit une petite remarquer a l'un des garçon qui ne devait pas se trouver ici. Et quel garçon, le terme d'homme était surement plus adapté. Il était d'une bonne taille et avait des allures dgne d'un colosse antique. la jeune fille fut surprise de voir qu'une telle personne se trouvait-ici. Etait-il réelement un élève ici, sur l'île de Gisei ? Il la surpassait de plusieurs tête mais l'apparence de Duchesse de la petite faisait qu'elle ne restait pas pour autant en arrière. Leur shilouette respective les faisait ressortir de la masse. Une fois arêtée, juste un pas derrière a servante, Tsumika se rendit compte d'une chose. Voila une eternité qu'elle n'avait pas eu de camarades de classe ! Ayant abandonnée sa scolarité pour se consacrer pleinement a sa musique et devennir une virtuose de renom, elle était complètement passée à côté des choses simples tels qu'avoir des amis de lycée. Qu'allait-elle faire maintenan, jouer les indifférentes comme lors de son arrivée. Si elle faisait cela, on isquait de lui faire remarquer de par la suite et cela serait sans doute une mauvaise chose de commencer l'année par un reproche. C'est alors que contre toute attente, elle s'avança d'un pas pour se retrouver à un niveau au devant de la servante, bien qu'a ses côtés. Ceux qui l'avait remarqués pouvait désormait la regarder de plus près. D'une allure angéique et quelqe peu mystique, elle portait un long maneau noir un peu comme une robe qui se trouvait être boutonné de haut en bas par deux rangées de boutons. Dans une main elle tenait son parapluie encore fermé, et dans l'autre son précieux étuis a violon qui, pour les connaisseurs, figurait parmi les chefs d'oeuvres de sa catégorie. Il contenait son inestimable violon, celui qui l'accompagnerait jusqu'a ce que son dernier souffle l'eusse quitté.

Tsumika regarda avec interêt les personnes qui se trouvaient ici et s'inclina poliment avec une grace sans doute nullement égalée dans le chateau. Son côté aristocrate lui permettait de faire des mouvements extrêmement précis et dont seule elle avait le secret. lorsqu'elle s'inclina très noblement, sn cheveux blancs bougèrent un peu, et le contraste entre sa chevelure de neige et son manteau de jais apparut. Cela lui donnait un air encore plus mystique et formidable. La jeune virtuose souria ensuite d'une manière douce et envoutante sans pour autant se montrer intrusive. La voix qui s'en suivit était cristaline et mélodieuse.

" Konban wa. "

Ses yeux ambrés parcourèrent la petite foule et se déposèrent sur la petite qui ne cessait de s'excuser. Elle la jugea un instant avant de la saler très poliment d'un léger mouvement de tête pour répondre au sien. Trop de paroles étaient inutiles pour le moment et seul les evênements qui allaient suivre pourraient la faire changer d'avis. Elle attendit de voir ce que Makkura faisait ainsi que la réponses des autres personnes avant de décider si elle filait a toute vitesse en compagnie de la Servante pour en découvrir un peu plus. Il fallait être courtois, ses personnes allaient surement être dans sa classe, elles suivraient les même cours, et feraient peut être même partie du même club. Des notions simples revinrent dans la tête de la fillette. Allait-elle intégrer un club et lequel chosierait-elle ? La suite apparaissai comme emplie de brume pour le moment. En songeant aux clubs, elle songea au professeur de musique, Jeremiah Steel dont la rencontre etait très importante. Elle esperait a chaque virage tomber sur lui pour pouvoir enfin lui parler. Mais hélas, pour l'instant celui-ci n'avait pas idée de se montrer. Saivait-il seulement que la petite Haninozuka se trouvait dans cet etablissement, sous le même toit que lui ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nishibi Meigetsu

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 03/05/2008

Fiche de perso
Classe:
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Mer 25 Juin - 14:08

Comme il semblait vexé. Et quand il se redressa de l'arrivée de la petite teigne Kubo, le pauvre transsexuel pris en chasse par la slave, semblait énervé. Légèrement débile comme elle l'était, Meig ne comprit pas réellement pourquoi. La notion de harcèlement lui était des plus inconnue. En revanche sa curiosité était elle l'estomac d'un ogre. Vivant d'un insatiable appétit. Alors le fait que cette fille immense aux faux airs de pucelles effarouchée dès qu'on la touche, soit en fait un garçon... Etait un parfait stimulent pour la partie curieuse de son cerveau. Aussi petit soit-il. Il y eut l'arrivée d'un type et d'une jeune demoiselle. Un homme dans le corridor des filles. Il devait avoir les idées mal placées celui-la. En même temps ils étaient deux. Et ce géant garçon fixa un instant Meigetsu, qui le dévisagea elle aussi. Mais n'eut pas la politesse de les saluer tout les deux. Son attention se reportant sur le jeune transsexuel qui lui répondit, toujours dans sa langue natale. Qu'il, avouons le, maitrisait pas trop mal. Frustrée? Elle? Jamais, elle préférait de loin culbuter une jolie jeune fille vraiment fille, qu'une fille d'apparence et homme entre les jambes. Cela dit elle gardait bien en mémoire le numéro de chambre et allait certainement le noté en rentrant dans sa chambre. Sa mémoire étant certainement aussi développée que sa matière grise, il valait mieux qu'elle note pour ne pas oublier. Et elle le regarda avec dédain s'enfuir portant ses grosses valises. Bizarre ce garçon. Cette fille. Ou peu importe ce que c'était. Si il voulait mal prendre ce qu'elle avait dit, qu'il le fasse. Ce n'était pas ça qui l'empêcherait de vivre. Dans sa vie active des claques et des refus catégoriques elle les recevait à la pelle. Alors bon qu'une personne aussi étrange que lui s'enfuit ventre à terre à sa proposition ne lui fit ni chaud ni froid. Mais elle restait curieuse tout de même... La russe se retourna alors pour se rendre à sa chambre quand elle remarqua qu'une couple de demoiselles venait d'arriver. La maid tout d'abord qui ne portait plus son uniforme. Et à côté d'elle... Une gamine qui semblait se croire supérieure. Oui, Meig ne reconnut pas la jeune virtuose dont on parlait souvent. C'était pour dire si elle en avait seulement entendu parler vu l'intérêt qu'elle portait à la culture. Elle ne vit là qu'une naine aux cheveux blancs qui les salue avec politesse... Mouais, trop d'éducation la pauvre, ça nuira à son avancement.. Euh.. Mais elle racontait quoi là? Elle s'en foutait de son avancement. En toute bonne yankee, Meigetsu ne lui rendit pas son salut. Préférant relever son gant de cuir pour regarder l'heure. Bientôt l'heure de la vodka. Non, y'a pas d'heure pour se payer une bonne descente de la meilleure boisson.

Sans un mot, seulement un bâillement à s'en décrocher la mâchoire elle dépassa la maid et celle qui l'accompagnait pour entrer dans sa chambre. Sans en fermer la porte, après quelques secondes elle en ressortit une bouteille à la main. Serré par son poing ganté, elle tenait le goulot d'une bouteille de verre. On pouvait croire qu'elle contenait de l'eau car le liquide était translucide et il n'y avait aucune étiquette. Mais pour tout bon connaisseur il s'agissait d'une bouteille de gnôle ruskov. En import direct depuis le pays froid. Pas besoin d'étiquette en russie, les bonnes boissons sont les seules sur le marché. Munie donc de sa bouteille pleine elle traversa l'espace qui la séparait du petit groupe pour les rejoindre. Trainant des pieds, martelant toujours le sol avec aussi peu d'élégance. En fait elle ne s'arrêta pas devant eux, elle continua son chemin, leur envoyant un simple regard dédaigneux avant de s'éloigner... Pour trouver un endroit tranquile où se câler pour s'envoyer sa bouteille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit de Ryuuketsu

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Ven 27 Juin - 18:19



Marchant à grande enjambée, le visage grave et solennel, Mr Matsunaga fonça droit vers la jeune maid, habillée en civil, sans doutes était elle dans ses heures de "libre", en ignorant la présence des différents élèves. Après tout, il ne se devait qu'aux Murazaki et à la bonne tenue de la demeure.

"Makura !" lança-t-il sèchement.

L’homme, grand et sec pour un japonais, comme coincé dans un vêtement trop bien amidonnée, ne s’arrêta qu’un bref instant devant la domestique, comme un bookmaker dont la vie n’était que précipitation et responsabilité.

"Je vous ai cherché partout ! Mr Murazaki est au plus mal, j’ose espérer que vous n’avez pas oubliez de lui prodiguer son traitement spécial !"

Le ton était un reproche direct et le visage du majordome était loin de cacher son humeur bien peu affable. Il fit presque aussitôt volte face et s’éloigna prestement, jugeant qu’il était dans la logique même que Makura lui emboîte le pas tout aussi vite. Son débit de paroles outrées continua d’ailleurs au même rythme que son mouvement de translation.

"Je trouve inadmissible que vous manquiez à ce point à votre devoir. La rentrée scolaire ne doit en aucun cas devenir une excuse pour un tel manquement…"

L’homme disparut dans le couloir, ainsi que son débit de parole, de manière aussi rapide qu’il était apparût.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kusanagi Geese
Pépé du chat !
avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 24/04/2008

Fiche de perso
Classe: combattant
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Dim 29 Juin - 19:17

Geese suivait la scène avec attention car il n'aurait jamais pensée retrouver quelqu'un parlant russe aussi bien que lui dans cette partie du Japon, mais d'un autre coté il affichait un véritable visage complétement impassible devant les nombreuses ineptie qui était sortit. Geese était dans un certain sens plutot chagriner de voir cette langue servir à parler de tendance sexuel en toutes quiétude et si cette folle furieuse parlait en russe avec de tel propos il ne fessait aucun doute que la fille à qui elle s'adressait le comprenait. Le géant qu'était Geese n'attendit que guère de temps avant d'en avoir la certitude car celle-ci ne tarda pas à répliquer elle aussi en russe une phrase plutot provocante. Geese aurait peut être même prit cette phrase pour lui étant donner qu'elle parlait de vrai "pénis" et que pour le moment il était le seul dans les environs à en avoir un, mais ce ne fut pas le cas car la jeune femme à peine sa phrase finit ce sauva d'un pas presser.

Geese la suivit du regard jusqu'à ce qu'elle tourne à l'angle du couloir et disparaisse en émettant de puissant sanglot. Geese n'avait même pas eu le temps de lui rendre son salut qu'elle avait déjà filer mais tant mieux il ne souhaitait guère le lui rendre dans tout les cas, la gentillesse était amplement suffisante pour une personne et il n'allait pas passer pour un coeur d'artichaut à être gentil avec tout le monde et encore moins à tenter de consoler quelqu'un qui regrettait probablement d'avoir dit tous haut et devant témoins ce qu'elle pensait tout bas. Geese d'ailleurs avec son infinie délicatesse ne manquerait pas de lui ressortir un jour si elle avait le malheur de le prendre à rebrousse poil et si il n'était pas de bonne humeur peut être même le lui ressortirai t'il en Japonais afin que tous ceux présent puisse bien comprendre, il lui donnerait ainsi une véritable raison d'aller ce cacher en pleurant. Geese secoua légèrement a tète de droite à gauche d'un air las décidément les femmes était bien trop compliquer pour lui.

Geese qui était en plein dans ses pensée ne tarda pas à en être tirer par l'évocation de son nom suivit une fois de plus par une marque de respect dont il ce serait bien passer, Geese pensa d'abord que c'était Chouji qui avait changer le sempaï en san, mais ce n'était pas sa voie même si on pouvait y retrouver le ton polit qu'elle employait. Geese par contre n'appréciait que moyennement qu'on lui demande des explication quand à la raison de sa présence dans cette partie du manoir et il ce retourna donc pour voir qui ce permettait de prendre de tel liberté. Geese ce retourna vivement alors que la voie féminine ce présentait comme l'une des menbres du personnel, une maid, d'ailleurs elle ce justifiait immédiatement quand à l'absence de sa tenue, soulignant bien qu'elle n'était plus en service, mais le faites qu'elle soit en service ou non sa le motard s'en foutait comme de sa première paire de godasse, il ne comptait pas lui demander de lui cirer les pompes ou quoi que soit d'autre. Geese cherchait d'ailleurs où ce trouvait son interlocuteur tournant la tète de gauche à droite pour enfin l'abaisser, décidément il en mettrait du temps à s'habituer à devoir constamment baisser la tète pour voir à qui il s'adressait.

La jeune femme qui s'exprimait était une jolie petite brune qui portait un vêtement traditionnel japonais de couloir noire, quelque chose de sobre et sans aucun excès, ce qui montrait la classe social à laquelle elle appartenait, aucune extravagance bref une tenue sobre pour une jeune femme qui appartenait pas à la classe des dirigeant de ce manoir, elle c'était d'ailleurs surement fait une raison et cela ne la dérangeait nullement de l'afficher. La jeune femme affichait aussi une sacré paire de poumons d'ailleurs sous ce spectacle Geese trimballa son regard de Makkura à la fille s'étant exprimer en russe, son père qui lui avait dit que générallement la poitrine des Japonaises n'était pas développer à outrance devait ce tromper et pour cause il en avait deux hors norme sous les yeux. Geese laissa vite tomber ce chapitre qui ne l'intéressait que très peut, les charmes féminin n'était pour lui qu'une tentation dont il fallait ce débarrasser si on ne voulait pas dévier de sa route et il ce mit à bailler à s'en décrocher la mâchoire avant de répondre à la question qui lui avait été poser d'un ton sec et claquant :

" Bien sur que j'ai une raison. "

Un ton peut aimable comparer à celui sur lequel la question avait été poser mais le géant n'avait guère apprécier le sous entendu qu'il avait perçut dans la phrase, sa phrase d'ailleurs sous entendait largement l'interrogation vous me prenez pour qui. Geese avait la très net impression qu'on le prenait pour un pervers qui était dans les couloir de l'aile féminine pour effectuer des repérage ou à la recherche de proie, cela l'énervait d'ailleurs au plus haut point. Voilà pourquoi il détestait ce montrer "sympa" et rendre service car sa finissait toujours par nous retomber sur le coin de la gueule, au moins lorsqu'on prenait les devant et qu'on était immédiatement désagréable voir violent, on savait à quoi s'attendre. Makkura pendant ce temps s'excusait car elle ne pouvait pas rester car elle accompagnait quelqu'un,à croire que les excuses étaient une coutume dans ce bahut, on s'excusait pour tout et n'importe quoi, mais il faudrait peut être qu'il soit conscient que tout le monde était libre de sa vie et qu'il n'était pas la peine de ce justifier à tout bout de champ, que lorsqu'on ne voulait pas faire tel ou tel chose un simple non suffisait, il n'était absolument pas nécessaire d'anticiper et de tout de suite s'excuser. Geese porta donc son attention sur la jeune femme qu'on lui avait désigner mais il fut interrompue par Chouji qui avait reprit la parole, elle le remerciai de l'avoir accompagner et comptai finir le chemin seule. Geese ne répondit pas tous de suite car pour le moment il comptai bien finir la route avec elle et ce même si sa dérangeait la maid du manoir. Chouji réagit d'ailleurs rapidement aux paroles de Makkura et ce confondit en excuse une fois de plus de lui attirer des ennuis. Geese lui ne voyait aucun problème du moins pour le moment, de toute façon si il devait en avoir des problème sa ne serait pas la première ni la dernière fois et donc il souhaita m'être immédiatement un hola aux excuses de Chouji.

" Ecoute petite Chouji pas la peine de t'excuser à ma place, ni même d'endosser la responsabilité de ma présence si DÉRANGEANTE dans cette aile du manoir, j'ai prit ta valise pour t'aider sans vraiment t'en laisser le choix et si sa emmerde quelqu'un c'est pareil mais bref pas de scandale pour mon premier jour donc je vais te laisser ici. "

La vérité surtout c'était que le géant ne ce sentait vraiment pas à sa place ici, il pensait que Chouji était un exception avec ses airs de noblesse mais voilà c'était le contraire il avait croiser ensuite une maid au manière trop polit, une fille aux apparence plutot noble même si elle parlait à voie haute de ses gouts en matières sexuel et à coté de la maid ce trouvait quelqu'un qui n'était surement pas une roturière vu le peut qu'il en avait vu, l'intrus c'était donc plutot lui. Geese fit rouler sa clope de nouveau entre ses lèvres exécutant plusieurs aller retour, même si il ne connaissait pas l'autre fille à forte poitrine son langage et son attitude correspondait déjà nettement plus à son style. Geese ne la connaissait pas mais il ce sentait déjà bien plus à ses cotés qu'à ceux des autres et il regretta presque son départ, mais déjà la fille accompagnant la maid s'avançait et présentait son salut et Geese put enfin la regarder en détails. Geese avait un regard perçant à destination de la jeune fille, il l'analysait plus sous toutes les coutures qu'il ne la regardait poliment, c'était peut être un défaut mais il aimait bien tous détailler chez une personne, même si sa servait plus pour jauger un adversaire qu'une innocente jeune fille au air de princesse. Geese en la voyant commençait franchement à ce demander si il ne c'était pas tromper de bahut, on l'avait fait venir pour ses aptitude martial et il pensait donc trouver nombre de combattant mais pour le moment ce n'était pas le cas. Geese avait trouver un modèle réduit de femme au foyer parfaite, une musicienne si on ce référait à son étui à violon qu'elle portait et deux jeune femme discutant de sexe, bref il était dans une autre dimension.

La fille fessant face à Geese arborait tous comme lui une chevelure couleur neige, la sienne lui arrivant par contre au milieu du dos, contrairement à Geese par contre elle avait le visage d'une grande finesse et affichait un air angélique. Un beau regard de biche de couleur ambré qui ne fessait qu'amplifier son petit coté mystique, genre fille venant d'un autre plan matériel tous ceci aurait été parfait si Geese pouvait apprécier à sa juste valeur ce genre de femme, ce genre de femme qui respectait l'étiquette, mais le géant n'avait que trop tardé et il allait débarrasser immédiatement le plancher. Geese déposa donc la valise de Chouji à coté de sa propriétaire et émit un coup de bouc pour lui dire au revoir puis par soucie d'égalité et ce même si il s'en foutait il salua le reste de l'assembler et tourna les talons sans un mot et s'éloigna tandis qu'un fou furieux fessait son apparition s'exprimant d'une voie forte mais ce n'était plus ses affaire donc il ne s'y intéressa pas le moins du monde.

==> Je sais pas ou encore et je disparaitrai si personne ne me rappelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kagami Makkura
Maid à greuh nénés du Manoir
avatar

Féminin
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 17/04/2008

Fiche de perso
Classe: La Kawaii
PV:
60/60  (60/60)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Mar 8 Juil - 1:14

"Pardonnez moi Kagami-San, tous ceci est de ma faute. Sempai m'a vu porter mes valises seules et il est venu m'aider pour que cela me soit plus facile. Je vous en prie ne le disputez pas, tous ceci est de ma faute. Si vous devez faire un rapport, notifiez bien mon nom, je ne veux pas qu'il soit responsable de mes erreurs."

Makkura ne dit rien tout de suite, souriant aimablement; Ce n'était pas si grave, et elle ne faisait qu'une mise en garde, non un reproche. La Maid réservée était bien incapable du moindre reproches en fait, tant sa gentillesse naturelle s'imposait dans ses dires. Elle garda son sourire comme une espèce de drôle de consolation, et fit une révérence à Chouji.

"Personne n'a à s'excuser, j'avais juste peur que l'on vous dispute, Kusanagi-san et vous-même. Je ne ferais aucun rapport, je me doute que Kusanagi-san doit vous aider à trouver votre chambre et c'est aimable de sa part."


Elle s'inclina encore une fois avec gentillesse et déférence, comme si aucun sentiment négatif n'était capable de hanter son esprit, et son sourire restait là, comme un élixir de sérénité pour ceux à qui il était destiné. pourtant Geese ne l'entendit pas de cette oreille.

" Ecoute petite Chouji pas la peine de t'excuser à ma place, ni même d'endosser la responsabilité de ma présence si DÉRANGEANTE dans cette aile du manoir, j'ai prit ta valise pour t'aider sans vraiment t'en laisser le choix et si sa emmerde quelqu'un c'est pareil mais bref pas de scandale pour mon premier jour donc je vais te laisser ici. "


Le géant se dirigea à la grande surprise de Makkura vers la porte de sortie. La jeune femme en eut les joue cramoisies, se rendant compte qu'il devait avoir mal saisi son geste, et se sentit le besoin d'aller le chercher et de le raisonner. Chose qu'elle fit, marchant rapidement derrière lui pour le rattraper en quelques foulées.

"Ca ne dérange personne vous savez, si vous aidez les autres. C'est tout à votre honneur."

Makkura lui sourit gentiment. Elle n'avait rien d'autre à dire pour tenter d'apaiser Geese. Il ne fallait pas trop en faire non plus et en plus elle était plutôt pressée d'emmener Haninozuka-sama au Dojo. Mais un événement impromptu lui coupa cette perspective, avec la venue en trombe de Matsunaga-San. C'était le majordome, celui qui avait prit la place de feu son grand-père parce qu'elle-même était trop jeune pour lui succéder en tant que gouvernante. Encore une fois le vieil homme sec se développait en reproches, que Makkura, ouvrant de grands yeux étonnés, bientôt indignés, avala sans aucune paroles.

"Je vous ai cherché partout ! Mr Murazaki est au plus mal, j’ose espérer que vous n’avez pas oubliez de lui prodiguer son traitement spécial !"


"Je n'ai rien oublié Matsunaga-sama. Monsieur Murazaki a eut son traitement particulier à l'heure convenue."


Makkura parla d'une voix rapide mais pas paniquée. Elle avait fait son office déjà une fois ce soir, et s'il y avait un soucis, c'était que Murazaki-Sama avait besoin d'elle une seconde fois. Elle n'écouta qu'à moitié le reste de la phrase du majordome, bien plus concernée par l'état de son maître pour se répandre en palabres. C'était à présent une question d'urgence. Deux fois dans la même soirée... Le maître semblait devenir plus exigeant avec le temps, mais elle n'avait aps le temps de trainer tant le sujet était sérieux. D'un vif mouvement, elle salua les jeunes présent, avec un sourire gêné comme une excuse. Mais Murazaki-sama passait avant tout le monde.

"Sumimasen mais mon maître est.... quelques peu souffrant. je dois me rendre à son chevet. Hyouri-sama, pouvez vous vous occupez de la demoiselle qui me suis? Je suis vraiment désolée..."

Et dans un bond vif qui montrait toute la responsabilité qu'elle avait sur le dos, et la visible urgence de l'appel, Makkura emboita le pas à Matsunaga, le dépassant même pour bifurquer sur la droite du couloir pour emprunter les escaliers de service jusqu'au dernier étage.

(HRP : Makkura se voit contrainte de quitter le topic. Je ne poste pas ce qu'elle fait par la suite, n'étant qu'un PNJ. Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyouri Chouji

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 02/06/2008

Fiche de perso
Classe: Mahou
PV:
40/40  (40/40)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Mer 9 Juil - 22:11

"Personne n'a à s'excuser, j'avais juste peur que l'on vous dispute, Kusanagi-san et vous-même. Je ne ferais aucun rapport, je me doute que Kusanagi-san doit vous aider à trouver votre chambre et c'est aimable de sa part."

Aux paroles et aux manières de la maid, Chouji se sentir rosir. Elle se sentait si idiote d'avoir présumé de certains choses avant de savoir réellement de quoi il en retournait. Elle avait jugé bien vite, bien trop vite et elle s'en voulait. Elle s'inclina à son tour face à la maid pour lui redonner son "désolé" poli. Il était impensable pour Chouji de ne jamais redonner un salut, quelque qu'il soit. Et quand celle ci refit une révérence, Chouji fit de même, du moins un signe de tête cette fois ci. Chouji ne souriait pas forcément, mais elle avait un visage aimable, attentionné et tourné vers les personnes présentes, cela se voyait mais se sentait aussi.

" Ecoute petite Chouji pas la peine de t'excuser à ma place, ni même d'endosser la responsabilité de ma présence si DÉRANGEANTE dans cette aile du manoir, j'ai prit ta valise pour t'aider sans vraiment t'en laisser le choix et si sa emmerde quelqu'un c'est pareil mais bref pas de scandale pour mon premier jour donc je vais te laisser ici. "

Chouji regarda Geese avec de grands yeux, ses grands yeux et elle cligna plusieurs fois de ceux ci. Elle se sentait une nouvelle fois mal, tant elle était maladroite. Elle se maudissait intérieurement d'être si bête, si empoté et si peu avenante. Ce n'était pas du tout son rôle et elle l'exécutait vraiment très mal !!! Cependant, elle ne dit rien et elle ne bougea pas. Elle regarda partir, triste, mais ne le montrant pas sur son visage. Il n'était pas son fiancé, elle ne se devait qu'à lui, pas aux autres garçons. Elle ne se devait donc pas de courir après les garçons, c'était irrespectueux et elle n'était pas une trainée. Mais elle apprécia tout de même plus qu'elle ne le voulait le terme de "petite Chouji". Il est vrai que comparé à lui, elle était minuscule. Tant au niveau taille que d'apparence, mais elle appréciait que quelqu'un comme lui lui donne un petit nom. C'était inconvenant, elle le savait, mais elle avait eu si peu d'ami ... A part "Aizou"...

Néanmoins elle ne put s'empêcher de sursauter et de regarder avec des yeux ronds l'adulte qui s'immisça dans la conversation pour aboyer des ordres sur la maid et repartir comme si de rien n'était, sans même se soucier des élèves présentes. Mais la surprise passa bien vite, et Chouji s'inclina au second passage de l'adulte. Même si il ne s'apercevait pas, ce n'était pas important elle. Cependant elle regretta de ne pas être assez sur ses gardes, elle n'avait plus la présence de sa famille pour la protéger, elle se devait donc d'être plus prudente et plus attentive à tout.

Chouji n'avait pas écouté la conversation entre la maid et Geese et elle n'écouta donc pas la conversation entre celle ci et l'adulte. Bien qu'elle entendit des bribes, elle n'y fit pas attention, ce n'était pas correct d'écouter aux portes. Mais la jeune kawai revint vers eux rapidement.

"Sumimasen mais mon maître est.... quelques peu souffrant. je dois me rendre à son chevet. Hyouri-sama, pouvez vous vous occupez de la demoiselle qui me suis? Je suis vraiment désolée..."

"Je comprends, ne vous inquiétez pas Kagami-San."

Et elle s'inclina une nouvelle fois, se sentant étrange après s'être fait appeler sama. Un terme qui ne lui convenait pas du tout. Elle finit par relever la tête pour regarder un tout petit plus la jeune fille aux cheveux de neige. Elle avait un port altier et l'allure e les manières qui vont de pair. Mais Chouji s'était vu remettre une "mission", elle s'en acquitterait donc comme une servante, une maid qu'elle devenait l'espace d'un instant mais qu'elle était au fond d'elle. Du moins certains personne, comme Geese pourrait penser cela d'elle, elle, elle se voyait comme une future épouse, une dame qui devait être bien sous tout rapport mais aussi acceuillante, disponible, serviable, etc ...

Mais quand elle se retourna vers la jeune fille quelque chose choqua Chouji. La première fut qu'elle avait omis de se présenter à la jeune maid, une erreur impardonnable, et la seconde fut que justement elle ne s'était pas présenté mais que celle ci l'avait bien nommé par son nom de famille. Etait ce son imagination ? Ne sachant que penser de cela elle finit par faire un léger sourire à l'aristocrate tout en s'inclinant.

"Enchantée de vous rencontrer Mademoiselle. Je me présente Hyrouri Chouji, je vais être à votre service pendant le temps qu'il vous plaira, Mademoiselle. Où dois je vous conduire ?"

La valise était à ses pieds et elle n'avait pas regarder de nouveau Geese, non pas qu'elle l'avait oublié ou zappé de sa mémoire, mais car c'était inconvenant, simplement cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haninozuka Tsumika

avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 22/05/2008

Fiche de perso
Classe: Artiste
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   Jeu 18 Sep - 19:55

Tsumika se tenait bien droite, un peu en etrait du groupe de personne sans pour autant avoir l'air effrayée. Elle faisait simplement attention de se distinguer des autres, et de toutes manières comptait suivre Makkura pour le moment. Mais hélas un homme fit irruption et convoqua la Maid à ses côtés. Cela voulait-il dire qu'on lui enlevait son amie, ou tout du moins celle qui devait l'accompagner dehors. La jeune fille n'en revenait pas, on osait lui soustraire l'unique personne qu'elle connaissait dans se manoir. Et la servante, terriblement désolée ne fit que la confiée a une autre personne en se depechant de quitter les lieux. Voila qui était très impoli et indélicat de sa part. Mais peut être n'avait-elle aps vraiment le choix ? La virtuose fut légèrement offusquée mais ne le montra pas une fois, gardant une expression de marbre sur son visage clair. Elle se contenta de regarder d'un peu plus près la jeune fille qui était sensé s'occuper d'elle. Makkura était maintenant partie pour de bon. Que faire ? Voila qu'elle se retrouvait maintenant seule, comme toutes les autres élèves de l'établissement. Heureusement, son meilleur ami était encore dans sa main. Le fameux Stradivarius bien rangé dans son étuis attendait patiament que sa propriétaire veuille bien l'utiliser.

Celle qui était chargée de s'occuper de son cas était une jeune fille dénomée Hyouri, a ce qu'elle avait pu comprendre. Elle était assez petite et possédait une longue tignasse de cheveux chatains, complètement à l'opposé de la délicate chevelure neigeuse de la jeune Haninozuka. Cette première se présenta et revela bel et bien s'appeler Hyouri Chouji. Elle serait comme une sorte de servante comme Tsumika put le comprendre. Ainsi dont cette élève aimait se déouver a la lourde tache d'être celle qui éxécute les moindres désirs de la violoniste ? C'était un souhait pour le moins peu commun. En tout cas, elle était heureuse de voir qu'aucune personne ici ne s'itneressait assez au monde de la musique pour la connaitre. Peut être savait-ils son nom, mais en tout cas aucun ne l'avait jamais vue. Pour le moment. Tsumika était impatiente que les cours de musiques approchent, pour montrer une fois de plus son talent divin aux autres. Ce qui n'allait plus tarder. Mais en songeant aux cours, elle se rappela du professeur de musique qui enseignait ici, à Ryuuketsu. Il s'agissait lui aussi d'un grand du domaine de la musique et il fallait à tout prix qu'elle le rencontre. Jeremiah Steel. Rien que son nom était d'une beauté exquise.

Ni une ni deux, la violoniste prit pour nouveau but de découvrir ce personnage en le croisant dans les couloirs. Makkura avit bien dit qu'il était rentré d'Angleterre se soir ? Il serait donc fort probable qu'il veille encore à cette heure-ci. Voila a quoi allait lui servir la petite Chouji, débusquer ce professeur des plus attrayant. Alors elle se tourna très majestueusement vers elle et avec la grace la plus douce possible s'inclina respectueusement avant de se présenter. Usitant de sa mélodieuse et envoutante voix tandis que son regard ambré cajolait la sa nouvelle compagne. Dans ses mains, ses objets se faisaient de plus en plus lourd etant donné leur inutilité apparente.

" Enchantée, Chouji-san. Je me nomme Haninozuka Tsumika. Bien, je serais ravie de converser un peu avec toi mais il me serait très doux que tu m'aide un peu, veux-tu ? Je suis à la recherche du professeur de musique de cet etablissement. Saurais-tu ou je puis le croiser ? "

Elle regardait maintenant intensément la petite,e xprimant un sourire malicieux. Il fallat qu'elle retrouve Jeremiah et puisque Hyouri voulait l'aider, elle servirait au moins à quelque chose. Tsumika attendait maintenant sa réponse et commençait a se retourner pour commence a marcher, sans se soucier des bagages que l'autre jeune fille avait a porter. Peu lui importait, a vrai dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 20h20, vers la chambre 14   

Revenir en haut Aller en bas
 
20h20, vers la chambre 14
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Ryuuketsu V2 :: Manoir Ryuuketsu :: Premier étage :: Corridors-
Sauter vers: