Pensionnat Ryuuketsu V2

Un pensionnat horrifique dans le Japon contemporain
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionGalerie

Partagez | 
 

 Okuda Yuji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Okuda Yuji

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 07/06/2008

Fiche de perso
Classe: Loser...
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Okuda Yuji   Sam 7 Juin - 19:15

Prénom : Yuji
Nom : Okuda
Age : 16 ans
Classe : Looser... (Dieu est quand même un enfoiré!)
Métier ou année scolaire: Deuxième année de lycée.
Orientation sexuelle : Aucune.

Particularité: Aucune.

Phrase typique: « Euh... » « Oups! » « Aïe! » sont à égalité.

But/Rèves: Yuji n'est pas du genre à se projeter dans le futur. Il n'a absolument aucune idée de ce qu'il veut faire plus tard et se persuade qu'il a encore bien assez de temps avant de songer à ses choses là. Dans l'immédiat, son souhait (car c'est d'avantage un souhait voire un espoir plutôt qu'un véritable rêve) serait d'être d'avantage reconnu par sa famille et au passage pouvoir chasser son impression d'être le jeune homme invisible aux yeux des autres. Pour le second but, il a conscience qu'il a du progrès à faire sur sa propre personne pour qu'on le remarque et l'apprécie.

Description physique : Yuji n'est pas si mal que ça. Si seulement il faisait un petit effort pour se mettre à son avantage! Des cheveux mi-longs d'un brun très foncé, presque noir, tombent en grosses mèches de manière irrégulière sur son visage ovale. Sa peau est un peu plus claire que celle du japonais type, peut-être parce-qu'il ne sort que trop rarement. Ses traits sont plutôt fins sans lui donner pour autant un aspect féminin ni même légèrement androgyne. Il ressemble à un garçon, ça c'est sûr, mais un peu plus jeune qu'il ne l'est. Sans le connaître, on ne lui donnerait pas plus de 14 ans. Ses yeux marrons s'obstinent à regarder dans le vague. Yuji ne fixera que très rarement une personne, préférant baisser le regard, au risque d'offenser son interlocuteur en se montrant trop insistant. Ses lèvres fines, transparentes sont parsemées de quelques rougeurs d'irritation, on peut parfois distinguer un léger saignement naissant mais stoppant sa course quelques secondes plus tard. Le jeune homme a la fâcheuse tendance de se pincer les lèvres et ceci sans raison aucune, parlons simplement d'un tic.

Au niveau corporel, on ne peut faire que difficilement plus faible. 1M64. 48kg. Aucune trace de graisse, ni de muscles. Un corps flasque dont on ne peut pas faire grand chose. La simple action de déplacer un pack d'eau renvoie Yuji dans un état qui frôle le malaise. Seules ses jambes s'avèrent utiles. Il court le petit, il court même très bien. Enfin, « bien » reste relatif, sa course, tout comme sa démarche est maladroite, chancelante, sans doute très irrégulière mais au moins, il a le mérite de courir vite, et assez longtemps pour que ça en vaille la peine.

Au niveau vestimentaire, il a beaucoup de progrès à faire. On est parfois bien content qu'il y ait un uniforme scolaire dans le cas de Yuji et même avec ce standart gris des plus élégants, il parvient à se rendre ridicule. Ses lacets sont souvent défaits, son pantalon semble sous l'emprise d'un sortilège car il ne cesse de se coincer dans sa chaussette droite. Sa veste est constamment froissée et sa cravate, trop serrée, lui donne l'air d'un pingouin constipé.
A l'exterieur, il ne se fatigue pas, il altèrne une salopette verte caca d'oie avec un jean noir et une ribambelle de t-shirt marrons ou blancs. Vêtements dans lesquels il semble se perdre tant ils sont larges pour ce petit corps.

Description psychique : Yuji est maladroit. C'est ce qui le qualifie le mieux. Tant au plan physique, concret, qu'au plan relationnel. Il réagit de la même façon face à quelqu'un qui lui demande l'heure dans la rue que face à la situation d'avoir un objet fragile en main. Il stresse, panique et fais de grands mouvements saccadés, incontrôlés qui fait tout autant fuir la personne que le verre. Evidemment, face à quelqu'un, les mouvements saccadés ne se font pas tant avec les bras qu'avec son cerveau qui semble bouillir et fait monter sa température corporelle à 53°C. Il ne va pas souvent vers les autres de peur de se rendre ridicule, une fois de plus. Il reste persuadé qu'il existe un dictionnaire du mec cool qui a des amis et qu'il ne lui sera jamais possible de mettre la main dessus. Les codes relationnels. Voilà ce que Yuji a besoin d'apprendre pour régler son comportement de manière à ce qu'on ne le regarde plus de travers.
Du moins, c'est ainsi qu'il le perçoit. Légèrement paranoïaque, il aura tendance à croire que dès qu'il entre dans une pièce, tout le monde le dévisage pour mieux se moquer de lui, une fois sorti. En réalité, les autres le voient difficilement. D'une discretion sans égal, on ne le remarque que trop peu et même si un bruit attirerait notre attention vers lui, ce n'est qu'avec indifférence qu'on reprendrait notre activité, sans même garder en mémoire immédiate, une image floue et flottante de ce visage juste découvert. Cela, Yuji en a également conscience et c'est selon sa propre humeur qu'il varie entre le « tout le monde se moque de moi » et le « tout le monde s'en fout de moi ».
Dans les deux cas, il passe vite sur l'évènement, préferant concentrer ses pensées sur autre chose.
Il n'est pas malheureux, ni vraiment heureux. Il n'a pas non plus pour but d'avoir une meilleure vie. Il se contente de ce qu'il a, pas vraiment enchanté à l'idée de vieillir, mais plutôt désinvolte, il laisse aller les choses. Il sourit beaucoup, pourvu qu'il trouve une activité plaisante, quelle qu'elle soit, dans laquelle il peut s'investir un court moment et qui lui apporterait un peu de joie. Les autres aussi le font sourire, quand quelqu'un se prend à vouloir parler avec lui.
Il reste quelqu'un d'assez simple qui cherche à profiter de la vie à sa manière en se souciant le moins possible (et c'est pourtant dur) du regard des autres sur son côté... ringard. Il rit facilement, d'ailleurs, aux histoires des autres. Un rire fort, dérangeant, exagéré, involontaire surtout. Ses conversations ne sont pas très interessantes, manque d'habitude.


Dernière édition par Okuda Yuji le Sam 7 Juin - 19:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okuda Yuji

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 07/06/2008

Fiche de perso
Classe: Loser...
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Okuda Yuji   Sam 7 Juin - 19:16

Histoire :


Naissance:

Yuji est né en hiver, tout juste un an après son frère, Kazuo. Ses parents, pourtant tous deux simples ouvriers, parvenaient à procurer à leurs deux garçons tout ce dont ils avaient besoin, voire d'avantage. Et ce à force de privation. Mais rien n'égalait l'amour qu'il leur portait. Il fallait qu'ils aient une enfance heureuse mais surtout qu'à côté de cela, ils travaillent bien à l'école quitte à ce qu'on leur paie des cours particuliers. Ils auraient la vie que M. et Mme. Okuda n'ont pas réussit à s'offrir. Un beau métier, une belle femme, des beaux enfants. Leurs futurs des plus simples étaient déjà tracés. Mais ce n'était pour l'instant que deux gros bébés biens roses, bien jouflus auxquels il fallait encore changer les couches et supporter les braillements toute la journée. Le tableau familial avait quelque-chose de surréaliste, avec des parents bien trop aimants, des bébés bien trop mignons mais surtout, avec des sourires inapropriés à la situation sociale des Okuda.
Les projets n'étaient pas pourtant pas si idéalistes.

Enfance:

Les enfants commençaient à grandir, à montrer leurs personnalités quelque peu différentes. Kazuo était le garçon calme, réservé, discret, rêveur qui pleurait à chaque fois que Mme Okuda l'amenait chez les grands-parents, il semblait n'avoir sa place qu'à la maison. Il aimait faire des cabanes avec son frère mais n'exprimait jamais très fort ses émotions. Yuji, quant à lui, était une véritable pile, il courait, sautait partout, riait constamment et se jettait dans les bras de tout le monde, socialement très ouvert, au desespoir de sa famille qui lui aurait préféré d'avantage de fidélité quitte à ce que cela prenne un côté animal en y pensant. Mais il avait un fond gentil et aimant malgré ses turbulences s'approchant de l'hyperactivité. Il s'était fait de nombreux amis en arrivant à l'école primaire. Il adorait y aller même si les professeurs jugeaient qu'il n'apprenait pas très vite et que sa lecture était à revoir. Au lieu de jouer, il devait s'entraîner! Niveau scolaire, Kazuo était meilleur.

Mais les caractères changent et suivent le mouvement de la vie, qui, comme la mer, est parfois agitée.

Yuji venait donc d'entrer à l'école primaire. La même que celle de son frère, dans la classe d'au-dessus. L'école n'était pas loin de la maison alors ils rentraient ensemble à pieds, chaque jour. Le trajet était généralement calme car les garçons étaient tous deux épuisés de la journée passée. Ils marchaient bien loin de la route comme leur maman leur avait conseillé, sur la partie droite du trottoir. Il fallait tracer une ligne imaginaire sur le trottoir, à 1 mètre de la route et ne jamais le dépasser. Obéissants, les enfants respectaient toujours cette règle. Mais, le 7 octobre, l'agitation se faisait ressentir chez Yuji. Il était pressé de rentrer pour voir sa série préférée à la maison qui allait commencer! L'heure du programme avait été avancée, au désespoir du petit qui ne voulait pas rater les premières minutes. Kazuo eut la mauvaise idée de refaire ses lacets au mileu du chemin. Yuji ne mit pas longtemps avant de s'énerver, de râler et de l'inciter à se lever en le tirant par le bras. Pour cette expedition, il s'était rapproché de la route sans le vouloir.
« Tu es du côté interdit! Nanana! » avait dit Kazuo, moqueur.
«Je m'en fiche! Dépêche-t... »
La fin du mot ne se fit pas entendre, couverte par le petit cri de Kazuo alors que son petit frère venait de le pousser à terre. Yuji ne prit pas la peine de l'attendre et, sans respecter la consigne de maman qui leur disait de ne jamais se séparer, il se mit à marcher très vite en direction de la maison, bien décidé à semer ce frère trop lent. Il n'eut le temps de faire que quelques pas seulement. Un énorme brouhaha se fit entendre, mélangeant bruits de férailles, de chocs, et cris de douleur.
Yuji, inquiet et surpris, se retourna immédiatement. La première chose qu'il vit était un cycliste étendu sur le sol, inconscient et un nombre conséquent d'inconnus qui se rapprochait de la scène. Il était avec son vélo, qui avait à présent les roues tordues et dont le guidon s'enfonçait violemment dans le ventre de l'homme d'âge mûr. Impressionné par la vision de cet accident, Yuji qui avait déjà oublié sa rancoeur, cherchait Kazuo des yeux pour lui raconter qu'il avait tout vu et ajouter des détails croustillants, esperant qui son frère ait raté le spectacle.
Chose difficile étant donné qu'il était en plein dans l'action. Le regard de Yuji ne mit pas longtemps à tomber sur son frère. Il était derrière le vélo, allongé à terre, face contre terre, il ne bougeait pas. Les gens se hâtaient autour et plusieurs d'entre eux avait déjà appellé du secours. Yuji ne savait plus quoi faire. Il resta figé devant cet homme au vélo, étendu, mort d'après les dires d'un homme barbu qui avait pris son poul mais surtout, figé, devant son frère, juste derrière, immobile, le visage contre le béton bien trop dur.
Yuji hésita quelques secondes puis fit demi-tour, brusquemment et se mit à courir, courir, vers sa maison pour demander de l'aide à ses parents. Ils sauraient quoi faire. Ils les avaient toujours protégé. Maman connaissait tous les endroits à éviter pour ne pas avoir mal et même si on y allait, elle guérissait tous les bobos. Elle guérirait Kazuo en lui faisant un petit bisou et il se releverait. Et papa viendrait aussi, il lui tapoterait l'épaule et lui dirait « allez, fiston, t'es le plus fort, on rentre maintenant »! Et il n'y aurait aucun problème. Alors yuji courait, courait, plus vite que jamais.

Pré-adolescence:

Comme toujours, Yuji, entendait ses parents parler de Kazuo. Il était allongé sur son lit sans parvenir à dormir. Il avait 10 ans maintenant, sa chambre était collée à celle de ses parents et la mauvaise insonorisation rendait toutes leur conversations parfaitement audibles.
« Il ne lui reste que quelques années à attendre. Le plus dur est passé. On remarque tous les deux qu'il se débrouille très bien maintenant. Plus que quelques années et le cauchemar sera terminé, ma chérie.
- J'ai l'impression que ça fait une éternité que l'accident à eu lieu, je le trouve si triste, il doit être si malheureux. C'est impossible pour nous d'imaginer ce qu'il peut ressentir, tout est noir, tout... »
Le sujet ne changeait jamais, les conversations allaient toujours dans le même sens et les mêmes mots se faisaient entendre à chaque fois. C'était une sorte de vieux disque rayé. La journée, c'était plus facile, ils ne parlaient pas à Yuji, de la sorte, il n'avait pas à entendre leur attente si « douloureuse » et « ô combien il devait être malheureux ». Ces mots faisaient terriblement mal à Yuji, pour lui, tout était de sa faute. C'était lui qui avait poussé Kazuo sur le trottoir. S'il n'était pas tombé à terre, le cycliste l'aurait aperçu avant et aurait pu freiner. Yuji était un assassin. Il avait tué le vieillard et ôté la vue à son propre frère. Une greffe de la cornée. Voilà ce qui était tant attendu, mais Kazuo devait d'abord grandir. Cela faisait presque 4 ans qu'il était aveugle. Le choc, avait dit les médecins, le vélo avait atteint de plein fouet l'arrière de la tête du petit, la partie du cerveau qui régit la vue.
Yuji n'avait jamais entendu de reproches, ni de la part de ses parents, ni de son frère. Mais il n'avait pas besoin de cela pour ressentir un sentiment de culpabilité énorme. Il se fichait du vieillard, au fond, il était coupable, lui aussi, il le méritait. Mais son frère...
Depuis l'accident, ses parents n'étaient plus du tout pareil. Adieu les projets de réussite sociale pour les enfants, tout était tourné sur la greffe, et les économies aussi. Une opération chère. Ils étaient tellement centrés sur Kazuo et son malheur qu'ils en oubliaient complètement qu'ils avaient encore un autre fils. Yuji faisait tout lui même, il mangeait seul, allait à l'école seul, ne demandant rien à personne. Il se sentait toujours honteux vis-à-vis de sa famille. C'était à cause de lui que maman prenait des médicaments maintenant, que papa avait ces cernes sous les yeux qui ne le quittaient plus. C'était à cause de lui qu'ils étaient de plus en plus pauvre. Il était normal qu'il disparaisse. Et il le faisait très bien, très discret, il ne parlait que très peu, ne demandait jamais rien, ne faisait pas beaucoup de bruit. Un enfant invisible.
Il n'avait alors que ses amis pour discuter encore mais il lui semblait qu'il ne retrouverait jamais la joie de vivre tant que son frère n'aurait pas recouvert la vue ou alors se serait venger. Parfois, Yuji aurait voulu être aveugle, lui aussi, pour qu'ils soient à égalités.

Adolescence:

16 ans. Voilà bien des années que Yuji a su retrouver le sourire. Et pourtant tout semblait avoir joué contre lui. Il avait perdu la plupart de ses amis suite à sa trop mauvaise humeur, justement. Mais il s'amusait de la vie à présent, profitant de ce qui l'entourait. Faisant des parties de pen-ball avec des inconnus, pour le plaisir de perdre à chaque fois. Mais il riait toujours et même s'il avait de moins en moins d'amis, il gagnait en bonheur. L'indifférence de ses parents, à la longue l'avait fait changer d'avis. Il avait finis par se dire que son frère avait toujours été jaloux de lui, qu'il s'était rendu aveugle lui même pour être le chouchou des parents et rendre malheureux son frère. Il avait perdu, même si ses parents ne le voyaient plus, qu'il n'avait pas vraiment d'amis, Yuji s'efforçait de sourire et de rire à chaque petite chose. En lisant des blagues sur internet, en regardant la télé. Pas besoin d'avoir une vie sociale pour s'amuser. Bien sûr, il y aurait toujours cette pointe de culpabilité qui lui lacerait le ventre mais à force, il ne la sentait plus. Yuji n'a jamais eu de petites copines, il n'a même jamais été attiré par une fille. Même Kazuo avait une petite amie, une autre aveugle qu'il avait rencontré dans un centre d'été pour malvoyants. Mais Yuji n'a pas la tête à cela, l'amour ne l'interesse pas encore. Il est sans doute un peu en retard à ce niveau par rapport à ses autres camarades.

Bien que le lycée public ne le dérangeait pas plus que ça, la lettre que lui envoya le pensionnat Ryuuketsu regonfla un peu son amour propre pourtant au plus bas. De ce fait, il accepta d'y entrer. De plus, il serait logé là-bas et n'aurait plus à souffir des silences de ses parents. Il leur serait moins couteux et peut-être qu'ils ne remarqueraient même pas son absence. A peine avait-il reçu la lettre qu'il se voyait déjà écrire un petit mot à sa famille, qu'il accrocherait sagement sur le frigo.



Attributs:

Force : 3
Vigueur :5
Combat :4
Intelligence :5
Volonté :7
Perception :6
Charisme :4
Chance :5

Points de vie : 50/50

Compétences de classe :

Esquive **
Perspicacité *
Déguisement *
Discretion **
Furtivité **
Dissimulation d'objets*



J'espère que c'était bien ici qu'il fallait créer le nouveau sujet...


Dernière édition par Okuda Yuji le Sam 7 Juin - 20:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizuno Sakiko
Vermillion "Band2bouZ" Admin
avatar

Nombre de messages : 780
Date d'inscription : 16/04/2008

Fiche de perso
Classe: Aristo
PV:
40/40  (40/40)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Okuda Yuji   Sam 7 Juin - 20:15

Bonsoir Yuji,

Pour commencer, je dois dire que la fiche a été agréable à lire, le personnage semblant bien construit, son histoire étant agréable et les règles ayant été lues attentivement sans le moindre doute. Je vois déjà Masa se réjouir de voir un Looser rejoindre nos rangs.

Donc pour ma part, très peu de choses à dire, un attribut qui me dérange un peu ainsi qu'un petit problème en compétences. Les deux points qui sont souvent à revoir.

L'attribut qui me gêne est la vigueur, le pourquoi étant : "La simple action de déplacer un pack d'eau renvoie Yuji dans un état qui frôle le malaise.". Je pense que tu as voulu mettre en avant sa faible force mais la tournure tend à renforcer une vigueur très basse et ce malgré ce qui est dit par la suite et qui justifie le 6. Hormis ceci, le 7 en chance fait assez peu looser, je peu te le laisser mais j'attends un avis de Masa ou Murr sur le sujet.

En ce qui concerne les compétences, il faudrait juste expliquer la "dissimulation d'objet" ainsi que baisser d'une étoile "discrétion". Avec trois étoiles tu tiendrais en fait du shinobi si on couple à la furtivité, tu serais aussi silencieux que tu le désirerais.

Voilà juste ces petits choses et pour moi ce sera bon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okuda Yuji

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 07/06/2008

Fiche de perso
Classe: Loser...
PV:
50/50  (50/50)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Okuda Yuji   Sam 7 Juin - 20:22

Tout d'abord, merci.
J'ai donc baissé la vigueur et la chance à 5. Faut dire que je trouvais les autres attributs si peu glorieux que j'ai voulu compenser.
Mais c'était en oubliant le fait que... c'est un looser, c'est vrai. Ca donne une logique au tout.

En ce qui concerne la dissimulation d'objets, c'était pour moi la dernière compétence qui convenait le mieux à quelqu'un de "discret" comme l'est Yuji. S'il peut se dissimuler, pourquoi ne pourrait-il pas dissimuler des objets, au fond? Mais je vais peut-être écrire un petit truc dans son histoire qui justifiera mieux.

Je reprendrais cela tout à l'heure.

Edit: En fait, je vais faire plus simple, j'enlève une étoile à la dissimulation d'objets!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizuno Sakiko
Vermillion "Band2bouZ" Admin
avatar

Nombre de messages : 780
Date d'inscription : 16/04/2008

Fiche de perso
Classe: Aristo
PV:
40/40  (40/40)
XP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Okuda Yuji   Sam 7 Juin - 21:14

Allez, pour moi c'est bon, je valide ! Sois le bienvenue.

Tu recevras sous peu un mp t'indiquant quelle chambre tu occupes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Okuda Yuji   

Revenir en haut Aller en bas
 
Okuda Yuji
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dimension W - Yuji Iwahara
» Ake Yuji il ralentit. Yasmeen aussi, par solidarité.
» Kobayashi Yuji

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Ryuuketsu V2 :: Hors Jeu :: Fiches de personnages :: Fiches validées :: Lycéens validés-
Sauter vers: